(New Delhi) L’Inde a franchi dimanche le seuil des 7 millions de cas de coronavirus, un chiffre qui se rapproche de celui atteint par les États-Unis, où le président Donald Trump est reparti en campagne neuf jours après avoir été déclaré positif à la COVID-19.

Abhaya SRIVASTAVA
Agence France-Presse

En Europe, les restrictions se multiplient face à une situation qui s’aggrave, tandis qu’au Brésil le seuil des 150 000 morts a été franchi dans une région Amérique latine et Caraïbes qui compte désormais plus de 10 millions de cas.  

Avec une hausse de près de 75 000 nouveaux cas, le nombre total de personnes contaminées est passé à 7,05 millions en Inde.

Les experts affirment que ce chiffre pourrait en réalité être bien plus élevé : le taux de dépistage dans le deuxième pays le plus peuplé au monde, avec 1,3 milliard d’habitants, y est beaucoup plus faible que dans de nombreux autres États.

Le nombre de décès en Inde, qui s’élevait dimanche à 108 334, demeure cependant largement inférieur à celui des États-Unis, qui ont enregistré 214 305 morts liées à la COVID-19, et du Brésil qui compte officiellement deux millions de cas de contamination de moins que l’Inde.

Le nombre de morts du coronavirus pour 100 000 personnes s’établit à 7,73 en Inde, comparé à 64,74 aux États-Unis.

Cette faible mortalité pourrait s’expliquer par la relative jeunesse de la population indienne, une possible immunité grâce à d’autres maladies ainsi qu’une sous-évaluation du nombre de décès.

La hausse des contaminations intervient alors que le gouvernement indien continue de lever les mesures de restriction afin de stimuler l’économie durement frappée par un strict confinement imposé au mois de mars.

Mais les experts redoutent la prochaine saison des fêtes, au cours desquelles d’immenses foules se rassemblent à l’occasion de cérémonies publiques.  

Au sein de la population indienne, de nombreuses personnes s’inquiètent. « Quand je sors, je vois beaucoup de gens sans masque », témoigne Jayprakash Shukla, 66 ans, un fonctionnaire à la retraite. « Peut-être qu’ils en ont assez de porter des masques, mais si les gens ne changent pas leurs habitudes, ce sera une catastrophe pour notre pays ».  

L’Inde est désormais le deuxième pays avec le plus grand nombre de contagions après les États-Unis, qui en comptent 7,7 millions.