(Bangalore) Deux personnes ont péri dans des émeutes qui ont mis aux prises la police et des milliers de personnes à Bangalore, dans le sud de l’Inde, et qui avaient été provoquées par une publication sur Facebook jugée « insultante » à l’égard du Prophète Mahomet, ont annoncé mercredi les autorités.

Agence France-Presse

Au moins 60 policiers ont été blessés mardi soir quand une foule en colère a attaqué un commissariat, incendié des véhicules et la maison d’un élu local dont le neveu était accusé d’avoir posté la publication en question. On ignore ce qu’elle contenait.

Des médias locaux ont diffusé des images des habitants cherchant à entrer dans le commissariat, et scandant des slogans près de la maison de l’élu.

La police a tiré à balles réelles et utilisé des gaz lacrymogènes pour disperser la foule.

Au moins trois personnes ont été grièvement blessés mardi, et un journaliste a aussi été touché, a indiqué à l’AFP la police.

Les médias rapportent que les deux personnes décédées faisaient partie des blessés par balles.

Le chef de la police de Bangalore a annoncé sur Twitter que le neveu de l’élu avait été arrêté pour sa publication, de même qu’une centaine d’habitants accusés de participation à une émeute et d’incendie volontaire. Il a affirmé que la situation était désormais sous contrôle.

Connue comme la Silicon Valley de l’Inde, Bangalore abrite une importante communauté de musulmans.