(Washington) Le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo est venu mardi au soutien du club anglais de football Arsenal et de son joueur allemand d’origine turque Mesut Özil, punis par Pékin pour des commentaires polémiques sur la situation de la minorité musulmane ouïghoure en Chine.     

Agence France-Presse

«Les organes de propagande du Parti communiste chinois (PCC) peuvent censurer toute la saison les matchs de Mesut Özil et d’Arsenal, la vérité finira par triompher», a tweeté le secrétaire d’État américain.

«Le PCC ne peut pas cacher au reste du monde ses graves violations des droits humains à l’encontre des Ouïghours et d’autres religions», a-t-il insisté.  

Le gouvernement britannique a pour sa part déclaré «défendre la liberté de parole et d’expression et appeler les autres pays à faire de même», ajoutant «faire part régulièrement au gouvernement chinois» de ses «préoccupations» concernant «la question des droits humains au Xinjiang».  

Mesut Özil avait violemment condamné vendredi sur les réseaux sociaux la politique chinoise de sécurité maximale au Xinjiang, dans le nord-ouest du pays, engagée en réponse à des attentats meurtriers commis contre des civils.

«Des Corans sont brûlés… des mosquées détruites… les écoles islamiques interdites… des intellectuels religieux tués les uns après les autres… des frères envoyés par la force dans des camps», s’était-il indigné dans un message diffusé en turc sur Twitter et Instagram.

Arsenal avait pris ses distances par rapport aux «opinions personnelles» de son joueur, affirmant que le club avait «toujours adhéré au principe de ne pas s’impliquer dans la politique».

Une position qui n’a pas empêché la chaîne publique chinoise CCTV de déprogrammer dimanche la diffusion du match entre l’équipe londonienne et Manchester City.

L’affaire pourrait avoir des répercussions économiques pour Arsenal sur l’énorme marché chinois, à l’image de ce qui était arrivé à la NBA en octobre après un tweet du directeur général des Rockets de Houston en soutien aux manifestants pro-démocratie à Hong Kong.

Mike Pompeo s’était déjà exprimé sur le sujet, regrettant l’attitude de la NBA, qui s’était dite dans un premier temps «profondément déçue» par les remarques du dirigeant texan.  

«Le Parti communiste chinois détient et maltraite plus d’un million de musulmans Ouïghours dans des camps d’internement au Xinjiang», avait alors dénoncé le chef de la diplomatie américaine. «Le roman 1984 de George Orwell devient une réalité là-bas. J’aimerais que la NBA le reconnaisse».