(Pékin) Le centre de Pékin était bouclé dans la nuit de samedi à dimanche pour un défilé nocturne de l’armée chinoise, qui préparait les cérémonies du 70e anniversaire du régime communiste le 1er octobre.

Agence France-Presse

La gigantesque avenue de la Paix éternelle, qui traverse la capitale d’est en ouest, était fermée à la circulation sur une dizaine de kilomètres afin de permettre aux militaires de défiler le long de la place Tiananmen, le cœur symbolique du pouvoir chinois.

C’est face à cette place que le dirigeant communiste Mao Tsé-toung a proclamé la République populaire le 1er octobre 1949.

Les abords de l’avenue de la Paix éternelle étaient progressivement fermés à la circulation automobile depuis samedi 16 h locales et devaient le rester jusqu’à dimanche matin, entraînant des embouteillages à l’approche des points de blocage.  

Les forces de l’ordre interdisaient en particulier l’accès aux résidences avec vue sur l’avenue, ordonnant notamment à plusieurs médias internationaux d’évacuer leurs locaux pendant le week-end.  

« Célébrons chaleureusement le 70 anniversaire de la fondation de la République populaire de Chine », pouvait-on lire sur d’immenses panneaux transportés par des norias de camions se dirigeant vers la place Tiananmen.

L’agence officielle Chine nouvelle a indiqué dimanche que les exercices, qui ont mobilisé quelque 90 000 personnes, étaient à présent achevés.

Ils ont été « précis et organisés, et ont permis d’atteindre les objectifs escomptés », s’est félicitée l’agence en précisant que des militaires avaient défilé « pendant une heure » et que des figurants avaient également pris part aux répétitions.

D’autres doivent se dérouler tous les week-ends d’ici au 1er octobre, avec à la clé les mêmes restrictions pour les riverains, a déclaré un gardien à l’AFP.  

Pékin célèbre traditionnellement tous les 10 ans l’anniversaire du régime par un gigantesque défilé militaire perçu comme une démonstration de force.  

L’armée chinoise a précisé fin août que le prochain défilé serait encore plus grand que ceux des deux précédentes éditions, en 1999 et 2009, et même que celui qui a marqué en 2015 les 70 ans de la fin de la Seconde Guerre mondiale, lorsque 12 000 soldats avaient marché au pas.

L’événement survient à un moment sensible pour le régime, aux prises avec une guerre commerciale avec les États-Unis de Donald Trump, des manifestations à Hong Kong et des critiques concernant la répression qui vise les populations musulmanes au Xinjiang (nord-ouest).

La Chine dispose de la plus grande armée du monde, avec deux millions d’hommes, et du deuxième budget militaire, même s’il reste loin derrière celui des États-Unis.