(Vladivostok) Viendra, viendra pas ? Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un a fait patienter pendant plus de deux heures, avant de se présenter, les soldats russes l’attendant pour une cérémonie militaire à Vladivostok, où s’est tenu la veille son premier sommet avec Vladimir Poutine.

Agence France-Presse

Un tapis rouge avait été déroulé pour 10 h locales (20 h, HE) devant le mémorial consacré à la Flotte du Pacifique sur le quai de ce port de l’Extrême orient, comprenant une flamme éternelle et un sous-marin musée.

Alors que la garde en tenue de parade et les journalistes l’attendaient sous le crachin et par une température d’environ 5 degrés Celsius, la cérémonie a été annulée et le tapis remisé.

Ce n’est que plus de deux heures plus tard que les gardes se sont finalement remis en place, que les touristes ont été évacués et que la limousine du dirigeant nord-coréen est arrivée.

En manteau et chapeau noirs, Kim Jong-un, accompagné du gouverneur de la région, a déposé une gerbe devant la flamme avant d’assister à une brève parade et de repartir.

M. Kim était arrivé mercredi à Vladivostok où il a rencontré jeudi Vladimir Poutine pendant plus de cinq heures jeudi pour leur premier sommet, première rencontre à ce niveau depuis celle en 2011 entre l’ex-président Dmitri Medvedev et Kim Jong-il.

Sans avancée concrète, cette visite a permis au dirigeant nord-coréen d’afficher l’entente « historique » avec l’allié de Pyongyang de la Guerre froide, en pleine impasse avec les États-Unis sur le nucléaire depuis le fiasco du sommet d’Hanoï.

Après le départ jeudi soir de Vladimir Poutine pour la Chine, M. Kim devait initialement, selon les médias russes, rester à Vladivostok pour suivre un programme culturel. Mais selon l’agence Interfax, il a renoncé à visiter l’aquarium local et à assister au ballet « La Belle au bois dormant » de Tchaïkovski. Il devrait repartir dès vendredi en train pour Pyongyang.