Source ID:; App Source:

Un avion ravitailleur de l'armée américaine s'écrase au Kirghizstan

«Un avion ravitailleur des forces armées américaines KC-135... (PHOTO ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

«Un avion ravitailleur des forces armées américaines KC-135 s'est écrasé aujourd'hui dans le nord du Kirghizstan (...). Le sort de l'équipage est inconnu», a indiqué la base militaire américaine de Manas dans un communiqué.

PHOTO ARCHIVES REUTERS

Tolkoun NAMATBAÏEVA
Agence France-Presse
Bichkek

Un avion ravitailleur de la base militaire américaine de Manas au Kirghizstan, avec trois pilotes à son bord, a explosé en l'air et s'est écrasé vendredi peu après son décollage pour l'Afghanistan, l'ambiguïté régnant sur le sort de son équipage qui n'avait pratiquement aucune chance de survivre.

«Un avion ravitailleur des forces armées américaines KC-135 s'est écrasé aujourd'hui dans le nord du Kirghizstan (...). Le sort de l'équipage est inconnu», a indiqué dans un communiqué la base américaine dans ce pays d'Asie centrale.

La partie américaine n'a pas précisé le nombre de membres d'équipage de ce Boeing KC-135 Stratotanker, qui s'est écrasé vers 14 h 55 (2 h 55 à Montréal) dans la région de Tchouï, à une cinquantaine de kilomètres de Bichkek, la capitale kirghize, non loin de la frontière avec le Kazakhstan, selon le ministère des Situations d'urgence.

Pour leur part, les autorités kirghizes ont fait état de trois membres d'équipage, en jugeant leurs chances de survivre dans cet accident comme proches de zéro.

«Trois membres d'équipage étaient à bord (...). Je n'exclus pas que ces trois pilotes américains aient pu être brûlés vivants au moment de l'explosion», a déclaré ainsi indiqué le ministre kirghiz des Situations d'urgence, Koubatbek Boronov, qui s'est rendu sur les lieux de l'accident.

«L'avion transportait 60 tonnes de carburant», a-t-il ajouté.

«Selon les dernières informations, les débris de l'avion ont été dispersés dans un rayon d'environ 20 kilomètres carrés», a déclaré pour sa part à l'AFP le procureur kirghiz pour les transports, Kouvan Mamakeev, qui s'est rendu lui aussi sur les lieux de l'écrasement.

«Il est hélas peu probable que l'équipage ait pu survivre dans un tel accident», a-t-il souligné.

L'avion avait décollé de Manas à 14 h 30 locale pour l'Afghanistan, mais a perdu le contact avec la base juste après le décollage, selon le ministère des Situations d'urgence.

Un témoin affirme avoir vu que l'avion «avait explosé en l'air», a indiqué de son côté le ministère de l'Intérieur dans un communiqué.

Pour l'heure, «aucune victime n'a été retrouvée sur les lieux de l'accident», selon M. Boronov.

Les recherches de l'équipage lancées juste après l'accident ont été suspendues à la tombée de la nuit au Kirghizstan et devraient se poursuivre samedi matin, selon le ministère des Situations d'urgence.

Des témoins ont raconté que les membres d'équipage avaient réussi à sauter avec un parachute juste avant que l'avion ne s'écrase, a déclaré à l'AFP un directeur adjoint de l'administration locale, Anatoli Ivannikov.

Cependant, tous les parachutes ont été officiellement enlevés des avions ravitailleurs KC-135 Stratotanker en 2008 aux États-Unis faute de besoin, la nécessité de s'éjecter pour les pilotes étant quasiment improbable dans ce type d'avion réputé comme très fiable, selon des informations disponibles sur le site de l'armée de l'air américaine.

L'équipage du KC-135 Stratotanker comprend en général trois membres: un pilote, un copilote et un opérateur de ravitaillement, même si la présence d'un navigateur est parfois nécessaire, selon la même source.

Les raisons de l'accident n'étaient pas connues dans l'immédiat.

Les États-Unis louent à l'aéroport de Manas, près de la capitale Bichkek, une base aérienne par laquelle transitent chaque mois des dizaines de milliers d'hommes engagés dans les opérations militaires en Afghanistan.

Manas, où opèrent 1200 soldats américains, est aussi essentiel au ravitaillement en carburant des avions engagés dans le conflit contre les talibans.

Le président kirghiz, Almazbek Atambaïev, avait réitéré en décembre dernier sa volonté de voir disparaître cette base militaire américaine sur le territoire de cette ex-république soviétique d'Asie centrale, voisine de l'Afghanistan.

L'OTAN a décidé de retirer toutes ses troupes de l'Afghanistan d'ici à la fin 2014.

La Russie exploite également au Kirghizstan quatre sites militaires, dont la base aérienne de Kant, près de Bichkek, dans le cadre du Traité de sécurité collective réunissant Moscou et ses anciens satellites.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer