(Sao Paulo) Plusieurs centaines de milliers de personnes ont défilé dimanche lors de la traditionnelle marche des fiertés LGBTQI+ de Sao Paulo sous le slogan « Votez avec fierté, pour une politique qui nous représente », en référence à l’élection présidentielle d’octobre.

Publié le 19 juin
Agence France-Presse

Après deux ans de version virtuelle en raison de la pandémie de coronavirus, la 26e édition de la marche est revenue pour parcourir la capitale économique du Brésil avec dix-neuf chars lors d’une journée haute en couleur, en musique et arborant des messages de « lutte contre toute forme de discrimination » et de « respect de la diversité ».

Des slogans faisaient référence à la bataille électorale d’octobre entre le président d’extrême droite Jair Bolsonaro et l’ex-chef de l’État de gauche Luiz Inácio Lula da Silva, en tête des sondages.

Le défilé « montre à la société que nous sommes présents, que nous sommes un nombre suffisant pour faire une différence dans la politique et dans la société elle-même », a déclaré à l’AFP Gleydson Santos, un soignant de 26 ans.  

« Le thème de la parade de cette année en valait la peine », a déclaré Bráulio da Silva, un enseignant de 31 ans. « Tu ne peux pas être silencieux, tu ne peux plus être soumis. Il est temps de nous remuer », a-t-il ajouté.

La marche massive a débuté le matin sur l’avenue Paulista, l’artère principale de la ville, puis s’est dirigée vers la place Roosevelt.  

La participation n’a toutefois pas atteint les trois millions de personnes attendues par les organisateurs.

L’une des principales attractions de cette journée était le chanteur et drag queen brésilien Pabllo Vittar, en bottes jaunes et blanches qui a fait vibrer la foule avec ses chansons.

Pendant la tournée, les critiques à l’encontre de Jair Bolsonaro n’ont pas manqué. Le président est largement mis en cause pour plusieurs messages jugés homophobes, racistes et sexistes.  

Au Brésil, l’homophobie est un délit depuis 2019, mais les homosexuels et les transgenres sont encore attaqués quotidiennement.   

En 2021, 140 personnes trans ont été assassinées dans le pays, selon l’Association nationale des travestis et transsexuels du Brésil.