(Brasilia) Le président brésilien Jair Bolsonaro a annoncé jeudi qu’il se rendrait en Russie « fin février », dans un contexte de très vives tensions entre Moscou et les Occidentaux au sujet de l’Ukraine, que ces derniers jugent sous la menace d’une invasion russe.

Publié le 27 janvier
Agence France-Presse

« Je serai là-bas le mois prochain pour resserrer les liens et améliorer les relations commerciales », a déclaré le chef de l’État devant des partisans réunis devant le palais de l’Alvorada, à Brasilia.

Interrogée par l’AFP, la présidence a toutefois indiqué « ne pas avoir de précisions pour le moment » sur cette visite qui ferait partie d’une tournée devant également mener M. Bolsonaro en Hongrie, selon la presse brésilienne.

Le vice-président Hamilton Mourão avait concédé lundi dernier que ce voyage pourrait être annulé en raison de la grave crise diplomatique entre les Russes et Occidentaux au sujet de l’Ukraine.

Ce conflit « fait partie de la discussion entre Européens, le Brésil appartient à un autre continent, ici nous sommes le continent de la paix », avait déclaré le général de réserve.

Jair Bolsonaro avait expliqué le 19 janvier que sa visite « n’avait pas pour but de créer des problèmes d’animosité ».

« Nous sommes au courant des problèmes qu’ont quelques pays avec la Russie. Mais la Russie est notre partenaire. C’est un voyage qui a un intérêt pour nous, et pour eux aussi », a-t-il dit alors, « l’invitation vient de leur côté ».

Le dirigeant d’extrême droite, dont le pays est encore plus isolé sur la scène internationale depuis le départ, il y a un an, du président Donald Trump de la présidence des États-Unis, a qualifié jeudi son homologue russe Vladimir Poutine de « conservateur ».

Selon Washington, « tout indique » que Vladimir Poutine va faire « usage de la force militaire » contre l’Ukraine d’ici mi-février.