(La Paz) La présidente par intérim de la Bolivie, Jeanine Anez, a annoncé lundi qu’elle était guérie d’une forme asymptomatique du nouveau coronavirus et qu’elle était en mesure de retourner au travail.

Agence France-Presse

« Je retourne au travail », a tweeté Mme Anez, qui avait annoncé le 9 juillet avoir contracté la COVID-19.

Outre la présidente de droite, 53 ans, sept ministres ont également contracté la COVID-19 durant le mois de juillet.

Lundi, le gouvernement intérimaire de Mme Anez a proclamé l’état de « calamité publique » dans tout le pays, ce qui lui permet de disposer de plus de ressources pour faire face à la pandémie.

Cette mesure a été adoptée alors que le gouvernement et le parlement sont en désaccord en raison du refus par le Mouvement pour le socialisme (MAS, opposition) de l’ancien président de gauche Evo Morales (2006-2019), majoritaire au parlement, d’approuver un prêt de 327 millions de dollars du Fonds monétaire international (FMI).

Par ailleurs, les compétitions sportives en Bolivie pourraient ne reprendre qu’en novembre, en fonction de l’évolution de la pandémie dans le pays, a annoncé lundi un responsable du ministère de la Santé, René Sahonero.

« Début septembre, nous aurons la courbe la plus élevée » de la pandémie, a déclaré M. Sahonero à la radio panaméricaine locale. Ensuite, en cas de bonne évolution, « les compétitions sportives reprendront en novembre », a-t-il ajouté.

Pays de 11 millions d’habitants, la Bolivie compte 69 429 cas de COVID-19 pour 2583 décès.