(Genève) L’épidémie du nouveau coronavirus a atteint un « plateau » au Brésil, deuxième pays le plus touché au monde en nombre de cas recensés, a indiqué l’Organisation mondiale de la santé vendredi, en appelant les autorités à saisir cette « opportunité pour repousser la maladie ».

Agence France-Presse

Le taux de reproduction du virus, qui mesure le nombre de nouvelles personnes contaminées par chaque personne infectée, supérieur à 1,5 ou 2 en avril/mai, se situe désormais entre 0,5 et 1,5 dans les différentes régions du Brésil, a expliqué le directeur des situations d’urgences sanitaires à l’OMS, Michael Ryan, au cours d’une conférence de presse.

« La croissance au Brésil n’est plus exponentielle, elle a atteint un plateau », a-t-il déclaré.

Le Brésil a franchi jeudi le cap des deux millions de contaminations au nouveau coronavirus, le deuxième bilan le plus élevé du monde derrière les États-Unis, et se rapproche des 80 000 morts.

Le plus grand pays latino-américain a enregistré 45 403 nouveaux cas au cours des dernières 24 heures, ce qui porte le total à 2 012 151 contaminations, selon le ministère de la Santé.

« Il y a un plateau. Le Brésil a maintenant l’opportunité de repousser la maladie, de supprimer la transmission du virus, de prendre le contrôle » de l’épidémie, a souligné Michael Ryan.

PHOTO FABRICE COFFRINI, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE

Le directeur des situations d’urgences sanitaires à l’OMS, Michael Ryan

« Jusqu’à présent, dans de nombreux pays, y compris au Brésil, c’est le virus qui […] a fixé les règles », a-t-il ajouté, en indiquant : « Une fois que les chiffres se seront stabilisés, il sera possible de réduire la transmission ».

Le responsable de l’OMS a assuré que le Brésil a « maintenant la possibilité de le faire » mais qu’« il va devoir mener une action très soutenue et concertée pour y parvenir », soulignant qu’il n’y avait « aucune garantie » que le virus recule de lui-même.

Le chiffre des décès au Brésil représente aussi le deuxième pire bilan au monde derrière celui des États-Unis, dans ce pays dont le chef de l’État, Jair Bolsonaro, a lui aussi été contaminé et se trouve en quarantaine.  

PHOTO ERALDO PERES, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

Le président Jair Bolsonaro

Confiné, le président Bolsonaro, ouvertement sceptique sur la pandémie et opposé aux mesures de protection contre le virus, a exprimé tour à tour son impatience face à une privation « horrible » de liberté de mouvement et sa foi inébranlable dans l’hydroxychloroquine. Il a assuré qu’il « allait bien » grâce à la molécule dont l’efficacité n’a pas été scientifiquement prouvée à ce jour.