(Rio de Janeiro) La police de Rio de Janeiro (Brésil) a annoncé mardi avoir identifié un suspect dans l’attentat aux cocktails Molotov perpétré contre le siège d’un collectif d’humoristes brésiliens ayant dépeint Jésus en homosexuel, sans être toutefois parvenu à l’arrêter.

Agence France-Presse

Identifié grâce à une caméra de surveillance qui l’a filmé sans cagoule quand il quittait les lieux de l’attaque, Eduardo Fauzi Richard Cerquise, un homme au casier judiciaire déjà bien fourni, est considéré comme fugitif, a indiqué le commissaire chargé de l’enquête lors d’une conférence de presse.

« Nous avons analysé toutes les images montrant l’arrivée et la fuite des auteurs de l’attentat et nous avons identifié un des suspects au visage découvert », a expliqué le commissaire Marco Aurélio Ribeiro, qui a dit avoir utilisé les images de plus de 50 caméras de surveillance.

L’attaque a eu lieu le 24 décembre au siège de la société de production du collectif Porta dos Fundos, et n’a pas fait de blessé.

Lors d’une perquisition menée au domicile du suspect, les policiers ont saisi des armes à feu factices, des machettes, 119 000 réais en espèces (environ 38 000$ CAN), des ouvrages sur l’islam, le christianisme, ainsi qu’un exemplaire du Coran.

Le commissaire a souligné qu’il était trop tôt pour déterminer les motivations de l’attentat et « s’il s’agit d’un groupe isolé ou si une association est impliquée ».

Eduardo Fauzi Richard Cerquise avait déjà été arrêté en 2013 pour avoir agressé d’un coup de poing Alex Costa, secrétaire à la Sécurité de l’État de Rio (sud-est). Son casier judiciaire contient une vingtaine de condamnations pour menaces ou agressions.

Mercredi, une vidéo circulant sur les réseaux sociaux montrait trois personnes encagoulées revendiquant l’attentat perpétré, selon elles, pour réagir « à une attaque directe contre la foi du peuple brésilien ».

Ces individus se réclamaient du mouvement intégraliste, courant d’extrême droite apparu au Brésil dans les années 1930.

Le Front intégraliste brésilien (FIB) a néanmoins nié toute implication et expliqué dans un communiqué ne pas connaître les auteurs de la vidéo.

La Première Tentation du Christ, vidéo de 46 minutes du collectif d’humoristes Porta dos Fundos, a été mise en ligne par Netflix le 3 décembre et est présentée comme un programme spécial de Noël.

Elle a déclenché un tollé, notamment chez les évangéliques et certains catholiques, et des centaines de milliers de personnes ont signé une pétition pour exiger son retrait.

La chaîne YouTube de Porta dos Fundos compte 16,2 millions d’abonnés.

Dans une tribune publiée mardi dans le quotidien O Globo, Fabio Porchat, comédien du collectif, a affirmé qu’« on peut rire de la religion » et que « les contenus satiriques sont fondamentaux pour qu’une société démocratique puisse rire d’elle-même ».