Source ID:6860191f7dca3a20b8019603da5a2085; App Source:StoryBuilder

Trois millions de personnes ont fui le Venezuela depuis 2015

« Chaque jour, nous voyons en moyenne entre 3000... (PHOTO LUISA GONZALEZ, REUTERS)

Agrandir

« Chaque jour, nous voyons en moyenne entre 3000 et 5000 personnes quitter le Venezuela », a déclaré une porte-parole du Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR), Liz Throssel, lors d'un point de presse à Genève.

PHOTO LUISA GONZALEZ, REUTERS

Agence France-Presse
Genève

Trois millions de personnes ont quitté le Venezuela depuis 2015, fuyant la grave crise économique et politique que traverse le  pays, a indiqué mardi l'ONU, qui considère désormais que la majorité d'entre elles doit bénéficier du système de protection internationale des réfugiés.

« Chaque jour, nous voyons en moyenne entre 3000 et 5000 personnes quitter le Venezuela », a déclaré une porte-parole du Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR), Liz Throssel, lors d'un point de presse à Genève.

« Il y a environ trois millions de personnes qui ont quitté le Venezuela depuis 2015 », a-t-elle ajouté.

Le HCR estime qu'au total 3,7 millions de Vénézuéliens sont recensés à l'étranger, dont 700 000 avaient migré avant 2015.

Selon le HCR, à la fin de l'année dernière, quelque 460 000 Vénézuéliens avaient fait une demande d'asile, la majorité dans les pays voisins d'Amérique latine.

Mais environ 1,4 million de personnes ont reçu divers permis ou visas - comme des visas humanitaires ou des visas de travail - pour séjourner légalement dans ces pays d'accueil de la région.

« Compte tenu de l'aggravation de la situation politique, économique, humanitaire et des droits humains au Venezuela [...] le HCR considère maintenant que la majorité de ceux qui fuient le pays ont besoin du système de protection internationale des réfugiés », a expliqué Mme Throssel.

« Cela est dû aux menaces qui pèsent sur leur vie, leur sécurité ou leur liberté en raison de circonstances qui perturbent gravement l'ordre public au Venezuela », a-t-elle souligné.

Le HCR a joint à cet appel un document destiné à aider les personnes et autorités responsables de statuer sur les demandes de protection internationale présentées par des demandeurs d'asile vénézuéliens.

« Le HCR demande également aux États de veiller à ce que les Vénézuéliens, quel que soit leur statut juridique, ne soient pas expulsés ou renvoyés de force au Venezuela », a souligné la porte-parole de l'agence spécialisée de l'ONU.

L'exode des Vénézuéliens fuyant cette situation économique désastreuse est considéré par l'ONU comme le déplacement de personnes le plus massif de l'histoire récente de l'Amérique latine.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer