Le maire d'une ville de Guerrero, un État du Sud mexicain en proie à une flambée de violences, a été assassiné par balles avec son chauffeur par des inconnus, ont annoncé les autorités locales dimanche.

Publié le 24 juill. 2016
AGENCE FRANCE-PRESSE

Ambrosio Soto, maire de Pungabarato, et son chauffeur ont été «abattus par des inconnus qui leur ont tendu une embuscade» dans l'État voisin de Michoacan dans la nuit de samedi à dimanche, a indiqué à l'AFP un responsable municipal qui a souhaité conserver l'anonymat.

Le Parti de la révolution démocratique (PRD, gauche) auquel appartenait l'édile a condamné l'assassinat et expliqué que M. Soto était «traqué» par le crime organisé, sans que les autorités locales ne s'en émeuvent.

Le gouverneur de Guerrero, Hector Astudillo du Parti révolutionnaire institutionnel (PRI), a rejeté les accusations de ses adversaires politiques.

Depuis plusieurs mois, le maire faisait part de menaces contre sa personne. Sa protection était assurée par quatre policiers, dont deux ont été blessés dans l'embuscade qui lui a été fatale à lui et son chauffeur.

L'État de Guerrero a l'un des taux d'homicides et d'enlèvements les plus élevés du pays. C'est dans cet État, situé le long du Pacifique, qu'ont disparu 43 étudiants de l'école normale d'Ayotzinapa, en septembre 2014, vraisemblablement assassinés par un cartel de la drogue.

Ses montagnes abritent de nombreuses cultures de pavot et d'opium qui alimentent le trafic de drogue international.