Le pape François a apporté samedi à Rio son soutien aux jeunes manifestants brésiliens qui veulent des changements et leur a demandé de s'engager dans les thèmes sociaux et politiques comme l'a fait Jésus, pour être les acteurs du changement.

AGENCE FRANCE-PRESSE

«Les jeunes dans les rues veulent être les acteurs du changement. S'il vous plaît ne laissez pas les autres devenir les acteurs du changement(...) Ne restez pas au balcon de la vie, Jésus n'y est pas resté. Il s'y est engagé! Engagez-vous y comme l'a fait Jésus», a lancé le pape à deux millions de jeunes catholiques sur la plage de Copacabana.

Les manifestations ont continué sporadiquement, de moindre intensité, et se terminent souvent dans la violence.

«Votre coeur jeune veut construire un monde meilleur. Je suis les nouvelles du monde et je vois tant de jeunes qui sont sortis dans les rues pour exprimer leur désir d'une civilisation plus juste et fraternelle», a ajouté le pape sous les applaudissements des jeunes.

«C'est par vous qu'entre l'avenir du monde. A vous je demande d'être les acteurs de ce changement. Continuez à dépasser l'apathie et offrez une réponse chrétienne aux inquiétudes sociales et politiques qui surgissent dans différentes parties du monde. Je vous demande d'être les bâtisseurs de l'avenir», a dit le pape.

«Jésus meilleur que la Coupe du monde»

«Jésus nous offre quelque chose de meilleur que la Coupe du monde», a lancé le pape François dans le pays organisateur du Mondial-2014 et le seul de l'Histoire à avoir gagné cinq fois le trophée.

«Jésus nous demande de jouer dans son équipe. Je pense que la majorité d'entre vous aime le sport!», a-t-il lancé aux jeunes rassemblés à Rio sur la plage de Copacabana, au début d'une longue veillée de prière.

Filant la métaphore sportive, le pape, lui-même amateur de football en bon argentin, a ainsi invité les jeunes à l'aider à construire l'Église de demain.

«Ici, au Brésil, comme en d'autres pays, le football est une passion nationale. Et bien, que fait un joueur quand il est appelé à faire partie d'une équipe? Il doit s'entraîner! Il en est ainsi dans notre vie de disciple du Seigneur», a expliqué le pape François.

«Jésus nous offre quelque chose de meilleur que la Coupe du monde ! Il nous offre la possibilité d'une vie féconde et heureuse, il nous offre aussi un avenir avec lui qui n'aura pas de fin, la vie éternelle».

Mais, a-t-il ajouté, «il demande de nous entraîner pour être en forme, pour affronter sans peur toutes les situations de la vie».

Comment? le pape a énuméré: «par la prière, par les sacrements, qui nous configurent au Christ, par l'amour fraternel, l'écoute, la compréhension, le pardon, l'accueil, l'aide de l'autre, de toute personne, sans exclure, sans mettre en marge».

«Chers jeunes, soyez de vrais athlètes du Christ», a-t-il exhorté.

Le souverain pontife a évoqué la figure de François d'Assise, jeune homme de famille riche quand il a eu sa vocation, et tout abandonné pour le Christ: «Jésus qui lui dit: +François, va et répare ma maison+. Aujourd'hui aussi, le Seigneur continue à avoir besoin de vous, les jeunes, pour son Église».

«Ne soyez pas des chrétiens à temps partiel, empesés, de façade, mais des chrétiens authentiques. Je suis certain que vous ne voulez pas vivre dans l'illusion d'une liberté qui se laisse entraîner par les modes et les convenances du moment. Je sais que vous visez haut», a-t-il poursuivi.

De nombeux pèlerins se sont déplacés 

Deux millions de personnes étaient rassemblées samedi soir sur la plage de Copacabana avec le pape François pour le début de la veillée de prière des Journées mondiales de la jeunesse (JMJ), a estimé le Vatican.

«Il y a deux millions de personnes», a indiqué le porte-parole du Vatican, le père Federico Lombardi, à l'AFP, alors que la célèbre plage carioca était noire de monde, totalement recouverte de tentes et de sacs de couchage.

Le maire de Rio, Eduardo Paes, a estimé samedi que près de trois millions de personnes assisteront dimanche sur la plage de Copacabana à la messe de clôture des JMJ célébrée par le pape François.

«Je m'attends à ce que l'on batte le record (d'affluence) de l'histoire de la plage de Copacabana. Je pense qu'il y aura entre 2,5 et 3 millions de personnes», a déclaré le maire samedi lors d'une conférence de presse.

«J'en vois beaucoup qui ne sont pas catholiques, qui n'ont pas la ferveur chrétienne mais qui viennent voir le pape», a souligné le maire.