Les Etats-Unis ont appelé mercredi Cuba à libérer «immédiatement» tous les prisonniers politiques, dans un communiqué publié à l'occasion du sixième anniversaire de l'arrestation de 75 militants cubains.

AGENCE FRANCE-PRESSE

«Aujourd'hui représente le sixième anniversaire de l'arrestation et de l'inculpation de 75 journalistes, défenseurs des droits de l'homme, libraires et autres membres de la société civile dans toute l'île», a déclaré un porte-parole du département d'Etat, Robert Wood, lisant ce communiqué au cours d'un point de presse.

«Ces 75 personnes ont été condamnées à des peines allant de 14 à 30 ans de prison pour avoir plaidé de façon non-violente en faveur de réformes politiques, sociales et économiques à Cuba», a ajouté le porte-parole.

«Nous appelons le gouvernement cubain à les relâcher immédiatement, ainsi que les autres prisonniers politiques détenus dans les prisons cubaines et à prendre des mesures pour améliorer les droits de l'homme à Cuba», a-t-il conclu.

Cet appel intervient une semaine après un allègement de l'embargo américain contre Cuba voté par le Sénat américain, qui a levé quelques restrictions sur les voyages et la vente de médicaments à l'île.

Ce texte, qui doit encore être promulgué par Barack Obama, permet aux Américains qui en sont originaires de se rendre à Cuba une fois par an, au lieu d'une fois tous les trois ans, et de dépenser chaque jour jusqu'à 179 dollars, contre 50 dollars actuellement.

Mais il ne lève pas l'embargo américain sur Cuba qui dure depuis 1962.

Près d'un million de Cubains, pour la plupart farouchement opposés au régime castriste, vivent aux Etats-Unis. Lors de sa campagne électorale, Barack Obama, partisan d'une détente avec Cuba en fonction de son avancée démocratique, leur avait promis d'assouplir les conditions pour s'y rendre ou y envoyer de l'argent.