Source ID:; App Source:

Bachelet qualifie Betancourt d'«exemple» pour l'Amérique latine

Ingrid Betancourt... (Photo: AFP)

Agrandir

Ingrid Betancourt

Photo: AFP

Agence France-Presse
Santiago

La présidente du Chili, Michelle Bachelet, a qualifié Ingrid Betancourt d'«exemple» pour l'Amérique latine, en recevant mercredi à Santiago l'ex-otage de la guérilla des Farc durant sa tournée régionale.

 «Ingrid est un exemple pour tout le continent pour son intégrité et son courage», a déclaré Mme Bachelet, qui avait proposé en vain le nom de la Franco-Colombienne pour l'attribution du prix Nobel de la paix.

La dirigeante socialiste a salué avec chaleur la «dignité énorme» de l'ancienne candidate écologiste à la présidentielle colombienne, libérée en juillet dernier après plus de six ans de captivité.

«Nous l'avions présenté comme prix Nobel de la Paix car nous croyons qu'elle mérite une reconnaissance de ce type, et que cela donnerait un nouveau souffle à la Colombie pour la lutte pour la paix», a ajouté Mme Bachelet, à l'issue d'une rencontre de plus d'une heure au palais présidentiel de La Moneda, au centre de Santiago.

«La cause d'Ingrid est notre cause», a souligné la présidente chilienne, avant d'ajouter : «nous ne voulons plus d'otages en Colombie ou ailleurs».

Mme Betancourt a entamé samedi en Colombie une tournée dans plusieurs pays latino-américains, afin de plaider la cause des otages encore détenus par les Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc).

Remerciant son hôte, l'ancien otage a déclaré qu'elle se sentait chilienne en raison du «passé de douleur qui nous unit». Une allusion à la dictature du général Augusto Pinochet, durant laquelle le père de Mme Bachelet fut assassiné.

«Je ferai tout mon possible pour mériter ce que vous avez voulu que je soi», a déclaré Mme Betancourt.

Plus tard lors d'une conférence de presse mercredi après-midi à l'ambassade de France, Mm Betancourt a indiqué que le but de son voyage était de commencer un dialogue avec les présidents de la région pour «entamer une réflexion commune qui peut mener à la liberté des personnes séquestrées» par les Farc.

«C'est une Amérique Latine nouvelle» a-t-elle lancé «avec des dirigeants charismatiques» en mentionnant les présidents Hugo Chavez, du Venezuela, Rafael Correa d'Equateur, Lula da Silva du Brésil et Cristina Kirchner d'Argentine.

«La guérilla a la possibilité de se réinserrer à travers une option politique mais à la condition impérieuse de libérer les otages» a-t-elle ajouté.

Mm Bétancourt, qui effectue une tournée de remerciements en Amérique Latine, devrait arriver jeudi à Lima au Pérou avant de se rendre au Brésil, en Bolivie et enfin au Venezuela.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer