Source ID:; App Source:

Des SOS dans des vêtements Primark?

«Des conditions dégradantes dans des ateliers misérables (sweatshop)» ou encore... (PHOTO TIRÉE DE TWITTER)

Agrandir

PHOTO TIRÉE DE TWITTER

La Presse

«Des conditions dégradantes dans des ateliers misérables (sweatshop)» ou encore «Forcés à travailler des horaires épuisants». Ces deux messages découverts, la semaine dernière, sur des étiquettes à l'intérieur de vêtements de la marque irlandaise bon marché Primark, tout juste achetés par deux clientes, sont-ils des appels à l'aide de travailleurs du textile de Dacca ou encore un canular comme l'avance la compagnie de vêtements?

Vraie ou pas, «la nouvelle» a fait boule de neige sur les réseaux sociaux, propulsée par le hashtag #labelgate (scandale de l'étiquette), mais également dans les médias britanniques.

Ces SOS ont été découverts un peu plus d'un an après la tragédie du Rana Plaza, à Dacca, où environ 1200 Bangladais confectionnant des vêtements vendus sous diverses étiquettes occidentales (dont Primark) ont trouvé la mort dans l'effondrement de l'immeuble où ils travaillaient.

À lire sur bigbrowser.lemonde.fr




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer