Ce n'est une surprise pour personne. Depuis que la Chine et les États-Unis ont annoncé leur soutien à Christine Lagarde, le 28 juin, sa nomination ne laissait plus de place au doute. Mercredi 29 juin, la presse anglophone ne s'étonne donc pas.

CYBERPRESSE

Elle salue l'entrée d'une femme à la tête de l'une des institutions économiques les plus puissantes du monde. C'est l'axe que plusieurs quotidiens ou sites d'information, comme le Boston Globe ou Slate Magazine, ont choisi pour titrer leurs articles. Pour le Washington Post qui laisse la parole à la présidente du Centre pour le développement global, c'est d'ailleurs "une aubaine pour l'image de la France et pour l'Europe que leur meilleure candidate soit une femme" après l'affaire Strauss-Kahn.

Voir la suite des réactions de la presse sur lemonde.fr