(Johannesburg) La justice sud-africaine a condamné vendredi à une amende de 50 000 rands (environ 4300 dollars canadiens) ou deux ans de prison avec sursis un homme qui avait causé une polémique nationale en désignant les Noirs d’une insulte raciste sur une vidéo de vacances.

Agence France-Presse

Chapeau de paille sur la tête et lunettes de soleil sur le nez, Adam Catzavelos, 41 ans, s’y réjouissait en 2018 de la beauté de la plage grecque où il se trouvait par ces mots : « mer fantastique et pas un “kaffir” en vue ».

« Kaffir » est le terme le plus insultant utilisé pour désigner les Noirs sous le régime raciste de l’apartheid.

Sitôt publiées sur les réseaux sociaux, ces images ont fait scandale dans tout le pays. Rapidement identifié, M. Catzavelos avait été licencié par son employeur de l’époque.

Dans son verdict, la juge Hleziphe Nkasibe a accordé des circonstances atténuantes à l’accusé. « Il a plaidé coupable et c’est un signe de remords à prendre en compte », a-t-elle estimé.

« Je suis vraiment soulagé et reconnaissant d’avoir eu un procès équitable, une juge responsable que je remercie sincèrement de son verdict », a déclaré M. Catzavelos à la presse à sa sortie du tribunal de Johannesburg.

Un quart de siècle après la fin officielle de l’apartheid, l’Afrique du Sud reste déchirée par les tensions raciales.

En 2018, une agente immobilière blanche de 49 ans, Vicky Momberg, avait été condamnée à deux ans de prison ferme, pour avoir traité un agent de police noir de « kaffir », une peine d’une sévérité inédite dans le pays.