Nigeria: une nouvelle attaque de Boko Haram fait 29 morts

Des curieux examinent les dégâts causés par une... (PHOTO JOSHUA OMIRIN, AFP)

Agrandir

Des curieux examinent les dégâts causés par une explosion à Maiduguri, samedi.

PHOTO JOSHUA OMIRIN, AFP

Agence France-Presse
Kano, Nigeria

Des hommes armés suspectés d'appartenir au groupe islamiste Boko Haram ont tué dimanche soir 29 personnes durant l'attaque de la localité de Mafa, dans le nord-est du Nigeria, a annoncé lundi un sénateur local.

Ce bain de sang est à nouveau survenu dans l'État de Borno, un bastion de Boko Haram, au lendemain de trois attaques sanglantes dans la même région qui avaient fait au moins 74 morts.

Les insurgés avaient diffusé plus tôt dans la semaine des tracts dans lesquels ils prévenaient d'une attaque imminente, une tactique déjà utilisée par les extrémistes, a déclaré le sénateur de l'État, Ahmed Zanna.

Après ces menaces, plusieurs personnes ont fui, les écoles ont été fermées et des renforts militaires envoyés vers la localité de Mafa, située à quelque 45 kilomètres au nord-est de la capitale de l'État, Maiduguri.

Mais lorsque l'attaque a commencé, «les soldats ont fui, car ils étaient dépassés en termes de puissance de feu et d'effectifs par les hommes armés», a expliqué le sénateur.

Selon M. Zanna, «29 personnes ont été enterrées après l'attaque de Boko Haram».

Le commissaire de police Lawal Tanko a confirmé l'attaque, ajoutant que des policiers avaient été envoyés à Mafa pour évaluer les dégâts.

L'insurrection de Boko Haram, qui veut créer un État islamique dans le nord du Nigeria, et les opérations de l'armée nigériane contre les islamistes ont fait des milliers de morts depuis 2009.

Plus de 330 personnes ont déjà perdu la vie depuis le début de l'année, un bilan presque sans précédent depuis le début du conflit il y a quatre ans et demi.

Samedi, 35 personnes avaient péri lorsque deux bombes avaient explosé dans un quartier densément peuplé de Maiduguri. À peine une heure plus tard, 39 autres Nigérians avaient été tués lorsque des hommes armés avaient ouvert le feu dans un village proche avec des mitraillettes et des explosifs.

Depuis mai dernier, l'armée nigériane mène une vaste offensive dans le Nord pour tenter de contenir Boko Haram. Mais l'opinion publique s'indigne de plus en plus de la capacité des islamistes à frapper où et quand ils veulent en toute impunité.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer