L'ambassade de Norvège au Kenya et deux groupes de presse kényans ont reçu des menaces d'attaque terroriste dans un courrier électronique que l'AFP a pu consulter jeudi.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Le message envoyé par un groupe qui se fait appeler Warrior Brave (Guerrier courageux) accuse Nairobi de «revendiquer des territoires musulmans» et de détenir des pirates arrêtés par des forces étrangères au large des côtes somaliennes.Nairobi a demandé aux Nations unies une extension de son domaine maritime qui, si elle était acceptée, lui donnerait accès à des espaces riches en minerais. Des nationalistes somaliens ont accusé la Norvège de soutenir la demande kényane pour avoir accès à des ressources pétrolières dans cette zone.

Dans son message, le groupe accuse aussi la Norvège de soutenir la demande kényane.

Les groupes de presse Nation et Standard sont également cités comme cibles potentielles car «ce sont des ennemis d'Allah», ajoute ce mouvement inconnu jusque-là.

«C'est pour cela que nous ciblons les intérêts du gouvernement norvégien dans le monde, et notamment ses missions diplomatiques et ses touristes au Kenya», écrit ce groupe dans le courrier électronique daté du 26 mai.

L'ambassade de Norvège à Nairobi a confirmé avoir reçu ces menaces. «Nous prenons les mesures nécessaires», a déclaré à l'AFP le numéro deux de l'ambassade Espen Gullikstad.

Nairobi a récemment émis la crainte que des groupes islamistes radicaux en Somalie voisine prennent le Kenya pour cible, et plusieurs responsables de services de renseignement en poste dans la capitale kényane ont mis en garde contre des risques élevés d'attentats.

En 1998, un attentat à la bombe avait été perpétré par Al-Qaïda contre l'ambassade des Etats-Unis au Kenya, tuant plus de 200 personnes.

En 2002, un autre attentat à la bombe mené par Al-Qaïda contre un hôtel appartenant à des Israéliens près de la ville côtière kényane de Mombasa avait fait 15 morts.