Source ID:; App Source:

Somalie: le capitaine américain a été piégé par les pirates

  Richard  Phillips, le capitaine américain... (Photo: Reuters)

Agrandir

Richard Phillips, le capitaine américain enlevé par des pirates.

Photo: Reuters

Dossiers >

Les pirates somaliens

International

Les pirates somaliens

Dossier sur les actes de piraterie près de la Somalie »

Sur le même thème

Agence France-Presse
Washington

Le capitaine américain du Maersk Alabama, détenu pendant cinq jours dans l'océan Indien, a été piégé par les pirates somaliens qui l'ont emmené à son insu dans un canot de sauvetage, selon le témoignage de membres de l'équipage diffusé mercredi.

Richard Phillips, libéré dimanche grâce à l'intervention des tireurs d'élite de la marine américaine qui ont tué trois preneurs d'otage, est considéré aux Etats-Unis comme un héros. Les premiers témoignages donnés après sa capture indiquaient qu'il s'était offert en otage aux pirates pour qu'ils quittent le Maersk Alabama après 13 heures d'abordage.

Mais selon deux marins du Maersk interrogés par la chaîne de télévision américaine ABC News, le capitaine Phillips a en fait été victime d'une ruse des pirates.

«Son projet n'était pas de partir. Mais les choses n'ont pas tourné comme prévu», a expliqué le second du navire, Shane Murphy.

Le Maersk Alabama, un porte-conteneurs de la société Maersk Line, avec à son bord 20 membres d'équipage américains, a été attaqué le 8 avril à quelque 500 kilomètres au large des côtes somaliennes.

Une partie de l'équipage, qui s'était cachée dans la cale, est parvenue à maîtriser un des pirates et a négocié avec le reste du commando qui a accepté de quitter le navire après 13 heures d'abordage, emportant des vivres et du carburant à bord d'un canot de sauvetage.

Le capitaine Phillips est alors monté dans le canot pour montrer aux pirates comment démarrer l'embarcation.

«Mais les choses se sont détériorées progressivement, quelque chose visiblement n'allait pas et soudain nous étions confrontés à la réalité», lorsque le canot s'est éloigné avec le capitaine Phillips à bord, a rapporté Shane Murphy.

Selon d'autres marins cités par le Washington Post, les pirates poursuivaient le navire depuis plusieurs jours avant de passer à l'attaque mais étaient empêchés de s'approcher à cause des hautes vagues.

Mais au matin de l'abordage, «la mer était plate comme une plaque de verre», a déclaré au quotidien un marin prénommé John.

Lorsque les sirènes d'alarme ont retenti, l'équipage a suivi la procédure que leur avait fait répéter le capitaine: quelques marins sont restés avec lui sur le pont pendant que les autres allaient se dissimuler dans une chambre forte.

L'équipage est resté enfermé pendant plus de dix heures dans cette pièce alors que les machines étaient arrêtées: les marins se sont retrouvés plongés dans le silence et l'obscurité, par une chaleur dépassant 35 degrés.

Un des marins, Andrew Brzezinski, a dit avoir entendu un coup de feu, tiré par les pirates pour convaincre le capitaine de révéler la cachette de l'équipage.

Par micro, «le capitaine nous a appelés à plusieurs reprises: 'tout l'équipage sur le pont immédiatement!'« mais les marins ont fait la sourde oreille.

Selon les témoins cités par le Washington Post, le capitaine Phillips a persuadé les pirates de partir à bord du canot de sauvetage alors qu'il avait un fusil planté dans le dos pendant toute la durée de l'abordage.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer