(Washington) Des élus américains ont exhorté mardi la Haute-Commissaire aux droits de l’homme de l’ONU, Michelle Bachelet, à publier un rapport sur le Xinjiang, où le traitement des Ouïghours cristallise les tensions entre la Chine et les Occidentaux, avant le début des Jeux olympiques d’hiver de Pékin.

Publié le 18 janvier
Agence France-Presse

Publier ce rapport avant les JO, prévus du 4 au 20 février, « réaffirmerait le fait qu’aucun pays n’est au-dessus de la loi ou du droit international », plaident les deux élus démocrates à la tête du groupe du Congrès consacré à la Chine, le sénateur Jeff Merkley et l’élu James McGovern.

Michelle Bachelet, qui est à la tête du Haut-Commissariat, demande depuis des années à Pékin un « accès significatif et sans entrave » au Xinjiang, mais aucune visite de ce type n’a jusqu’à présent été possible.

Mi-décembre, un porte-parole de la Haute-Commissaire avait indiqué qu’un rapport pourrait toutefois être publié dans « quelques semaines ».

Mais les défenseurs des droits humains demandent à l’ONU de durcir le ton.

Plusieurs organisations de défense des droits humains ont accusé la Chine d’avoir interné au Xinjiang au moins un million de musulmans dans des « camps de rééducation ». Pékin dément ce chiffre et parle de « centres de formation professionnelle » pour soutenir l’emploi et combattre l’extrémisme religieux.

Les États-Unis, l’Australie, le Canada et le Royaume-Uni ont annoncé qu’ils n’enverraient pas de représentation officielle aux Jeux à cause « du génocide en cours et des crimes contre l’humanité au Xinjiang et d’autres violations des droits humains ».

En revanche, les athlètes de ces pays participeront bien aux compétitions.