(Paris) La pandémie du nouveau coronavirus a fait au moins 2 253 813 morts dans le monde depuis que le bureau de l’OMS en Chine a fait état de l’apparition de la maladie fin décembre 2019, selon un bilan établi par l’AFP à partir de sources officielles mercredi à 6 h.  

Agence France-Presse

Plus de 103 827 020 cas d’infection ont été officiellement diagnostiqués depuis le début de l’épidémie, dont au moins 63 195 000 sont aujourd’hui considérés comme guéris.  

Les chiffres se fondent sur les bilans communiqués quotidiennement par les autorités sanitaires de chaque pays et excluent les révisions réalisées a posteriori par des organismes statistiques, comme en Russie, en Espagne et au Royaume-Uni.  

Sur la journée de mardi, 15 406 nouveaux décès et 490 708 nouveaux cas ont été recensés dans le monde.  

Les pays qui ont enregistré le plus de nouveaux décès dans leurs derniers bilans sont les États-Unis avec 3673 nouveaux morts, le Royaume-Uni (1449) et le Brésil (1210).  

Les États-Unis sont le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas, avec 446 901 décès pour 26 435 696 cas recensés, selon le comptage de l’université Johns Hopkins.  

Après les États-Unis, les pays les plus touchés sont le Brésil avec 226 309 morts et 9 283 418 cas, le Mexique avec 159 533 morts (1 874 092 cas), l’Inde avec 154 596 morts (10 777 284 cas), et le Royaume-Uni avec 108 013 morts (3 852 623 cas).  

Parmi les pays les plus durement touchés, la Belgique est celui qui déplore le plus grand nombre de morts par rapport à sa population, avec 183 décès pour 100 000 habitants, suivi par la Slovénie (170), le Royaume-Uni (159), la République tchèque (156) et l’Italie (148).  

L’Europe totalisait mercredi à 6 h 751 095 décès pour 33 794 433 cas, l’Amérique latine et les Caraïbes 602 222 décès (19 085 319 cas), les États-Unis et le Canada 467 114 décès (27 222 113 cas), l’Asie 241 939 décès (15 302 625 cas), le Moyen-Orient 98 134 décès (4 792 618 cas), l’Afrique 92 364 décès (3 598 193 cas), et l’Océanie 945 décès (31 723 cas).  

Depuis le début de la pandémie, le nombre de tests réalisés a fortement augmenté et les techniques de dépistage et de traçage se sont améliorées, entraînant une hausse des contaminations déclarées.  

Le nombre de cas diagnostiqués ne reflète toutefois qu’une fraction du total réel de contaminations, une part importante des cas les moins graves ou asymptomatiques restant toujours non détectée.  

Ce bilan a été réalisé à partir de données collectées par les bureaux de l’AFP auprès des autorités nationales compétentes et des informations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).  

En raison de corrections apportées par les autorités ou de publications tardives des données, les chiffres d’augmentation sur 24h peuvent ne pas correspondre exactement à ceux publiés la veille.  

Le point sur la pandémie

Nouvelles mesures, nouveaux bilans et faits marquants : un point sur les dernières évolutions de la pandémie de COVID-19 dans le monde.

Recherche d’un vaccin contre les variants

Le laboratoire pharmaceutique britannique GSK et son concurrent allemand CureVac s’unissent pour développer un vaccin à ARN messager contre les nouveaux variants du coronavirus, avec l’espoir d’être prêts pour 2022.

Il ciblera les variants qui émergent déjà et ceux qui pourraient arriver par la suite, selon les deux groupes.

France et Allemagne ouvertes au vaccin russe

Le vaccin russe contre la COVID-19 Spoutnik V pourra être distribué en France s’il « correspond aux normes scientifiques » et aux « exigences » européennes, selon le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian.

La chancelière allemande Angela Merkel s’est déjà dite ouverte, sous condition, à l’idée d’utiliser le vaccin anti-COVID-19 russe en Europe.

Même ouverture à Madrid, où le gouvernement espagnol s’est dit « enthousiaste » à cette idée, sous réserve d’une autorisation européenne.

La Russie veut accroître la production

La Russie veut augmenter la production de son vaccin Spoutnik V à l’étranger, a déclaré le porte-parole du Kremlin.

Une étude publiée par la revue médicale The Lancet, validée par des experts indépendants, établit l’efficacité du vaccin russe à 91,6 % contre les formes symptomatiques de la COVID-19.

Vaccin chinois au Pakistan

Le Pakistan a commencé à administrer le vaccin chinois Sinopharm à son personnel soignant, mais devra encore patienter quelques mois avant d’être en mesure de lancer une campagne de vaccination de masse contre la COVID-19.

Pékin a fait don au Pakistan d’environ 500 000 doses du vaccin Sinopharm, qui a été approuvé fin décembre sous conditions par les autorités chinoises, un million de doses supplémentaires étant attendues d’ici la fin février.

Plus de 104 millions de doses

Plus de 104,7 millions de doses de vaccins antiCovid ont été administrées dans au moins 82 pays ou territoires, selon un comptage réalisé par l’AFP à partir de sources officielles mercredi à 7 h.

La vaccination est, pour l’heure, un privilège des pays à « revenu élevé » (au sens de la Banque mondiale), qui concentrent 65 % des doses administrées alors qu’ils n’hébergent que 16 % de la population mondiale.

L’OMS à l’Institut de virologie de Wuhan

L’Institut de virologie de Wuhan (centre de la Chine), visé par l’hypothèse - alimentée entre autres par l’administration Trump - qu’il aurait laissé fuiter le coronavirus, a reçu mercredi la visite des experts de l’Organisation mondiale de la santé, qui enquêtent sur les origines de la pandémie.

« Il est très peu probable que lors d’une mission aussi courte, nous ayons une compréhension très précise ou des réponses définitives à la question », a estimé l’un des experts enquêtant sur le terrain depuis la semaine dernière, le docteur Hung Nguyen-Viet, dans un entretien à l’AFP. La visite devrait s’achever selon lui avant le congé du Nouvel An chinois qui commence cette année le 11 février.

Testé positif

L’attaquant portugais de l’Atlético de Madrid Joao Félix a été déclaré positif à la COVID-19 et placé en isolement, a annoncé mercredi le club de football leader du Championnat d’Espagne.

Plus de 2,25 millions de morts

La pandémie du nouveau coronavirus a fait au moins 2,25 millions de morts dans le monde depuis fin décembre 2019, selon un bilan établi par l’AFP à partir de sources officielles mercredi à 6 h.

Les États-Unis sont le pays le plus touché avec 446 901 décès, suivis par le Brésil (226 309), le Mexique (159 533), l’Inde (154 596) et le Royaume-Uni (108 013).

Le nombre de victimes à l’échelle mondiale est globalement sous-évalué. Il se fonde sur les bilans quotidiens des autorités nationales de santé.