(Londres) Boris Johnson, en convalescence du nouveau coronavirus après son hospitalisation, s’est entretenu mardi avec le président américain Donald Trump, marquant un début de retour aux affaires pour le premier ministre britannique, a indiqué un porte-parole.  

Agence France-Presse

M. Johnson a évoqué avec le dirigeant américain la pandémie mais aussi un futur accord commercial post-Brexit avec les États-Unis, son sujet de prédilection.

« Les dirigeants sont convenus de l’importance d’une réponse internationale coordonnée face au coronavirus, y compris via le G7 », le groupe des pays les plus industrialisés, dont la présidence est actuellement assurée par les États-Unis, a indiqué le porte-parole dans un communiqué.  

Lui-même frappé par le virus et sorti le 12 avril de l’hôpital, Boris Johnson, 55 ans, se rétablit à Chequers, la résidence de campagne des chefs de gouvernement britanniques, aux côtés de sa fiancée enceinte, Carrie Symonds.  

Au menu de son échange avec Donald Trump figurait aussi la relation entre le Royaume-Uni et les États-Unis après la sortie du pays de l’Union européenne (UE) fin janvier.

« Les dirigeants se sont engagés à continuer de collaborer pour renforcer leur relation bilatérale, notamment en signant un accord de libre-échange dès que possible », a détaillé le porte-parole.  

Les négociations entre l’UE et le Royaume-Uni ont repris lundi par visioconférence après une interruption de plusieurs semaines pour cause de coronavirus, qui fragilise toutefois la perspective d’un accord d’ici fin décembre, l’échéance fixée par les parties pour s’entendre.

Boris Johnson, qui est temporairement remplacé par son chef de la diplomatie Dominic Raab, doit également s’entretenir cette semaine avec la reine Élisabeth II, première audience hebdomadaire avec la souveraine à laquelle il participera en trois semaines.  

Mais « il ne fait pas formellement de travail gouvernemental », a indiqué son porte-parole.