Ce blogue a déménagé récemment dans un nouvel environnement pour accueillir plus de visiteurs. Parfait. Je prends le métier de blogueur au sérieux, y voyant une façon de négocier le virage du journalisme sur internet. Ce nouvel environnement m'oblige cependant à dicter trois règles aux participants de ce blogue.

Richard Hétu

Mais d'abord, je dois m'excuser auprès de ceux qui retrouvent leurs commentaires coiffés du pseudo Anonyme. L'équipe Cyberpresse tente de régler le problème. En attendant, je vous invite à signer votre nom ou pseudo au bas de votre commentaire. Je m'excuse aussi auprès de Longueuilloise et des autres qui nous quittent en même temps que d'autres arrivent. Pourquoi nous quittent-ils? Ils sont excedés par les bêtises que l'on retrouve en plus grand nombre qu'avant dans la section des commentaires.

Comme c'est mon blogue, et qu'il en va de ma survie de journaliste, voici trois règles à l'intention des participants : 1) Limitez vos commentaires au sujet du billet; 2) Limitez le nombre de vos commentaires; 3) Aimez-vous les uns les autres.

Comment appliquerai-je ces règles? Croyant à la liberté d'expression et à l'instantanéité des échanges sur internet, je suis un modérateur tolérant, voire complaisant. Je ne changerai pas, mais je ferai appel à votre honneur. Je répète les trois règles : 1) Limitez vos commentaires au sujet du billet; 2) Limitez le nombre de vos commentaires; 3) Aimez-vous les uns les autres.

En passant, il fait très chaud à New York.

(Photo AP)