Les auteurs des fameux mémos du ministère de la Justice autorisant la CIA à employer des techniques d'interrogatoire comme la simulation de noyade (waterboarding) ont fait preuve d'un «manque de discernement» mais n'ont pas commis de faute professionnelle, selon les conclusions d'une enquête interne publiée vendredi. Le Washington Post publie aujourd'hui un article sur la controverse soulevée par la décision du ministère de la Justice de blanchir ainsi les auteurs de ces mémos, John Yoo et Jay Bybee. Je cite la réaction de Jameel Jaffer, de l'ACLU :

Publié le 21 févr. 2010
Richard Hétu

«Yoo et Bybee n'essayaient pas d'interpréter la loi mais de la contourner.»

Les juristes de l'administration Bush avaient fait valoir que la simulation de noyade ne pouvait provoquer «ni douleur ni aucune blessure réelle» et ne correspondait donc pas à la définition de la torture physique. Barack Obama et son ministre de la Justice, Eric Holder, ont tous les deux qualifié cette technique d'interrogatoire de torture.

Se disant toujours «profondément offensé» par les mémos du ministère de la Justice, le président démocrate de la commission judiciaire du Sénat Patrick Leahy a annoncé qu'il tiendra le 26 février une audience sur ce sujet.

(Photo AFP)