Publié le 26 nov. 2015
Richard Hétu

Donald Trump a déjà exprimé à plusieurs reprises son mépris des journalistes, les traitant notamment de «racailles». Hier soir, lors d'un rassemblement en Caroline-du-Sud, il en a remis une couche en se moquant du handicap d'un journaliste du New York Times qui a contredit sa déclaration au sujet «des milliers et des milliers» de musulmans de Jersey City qui auraient applaudi à la destruction des tours jumelles du World Trade Center le 11 septembre 2001.

«Le pauvre gars - vous devriez voir ce gars : ''Je ne sais pas de ce que j'ai dit! Je ne me souviens pas!''», a déclaré le candidat républicain à la présidence en mimant le handicap du journaliste d'enquête Serge Kovaleski, qui souffre d'arthrogrypose congénitale, une condition qui limite les mouvements de ses bras.

En septembre 2001, alors qu'il travaillait pour le Washington Post, Kovaleski a co-signé un article dans lequel il faisait état de l'arrestation et de l'interrogation d'«un certain nombre de personnes qui auraient été vues en train de célébrer les attaques». Au cours des derniers jours, il a déclaré en entrevue que l'information était infondée.

Un responsable de la campagne de Trump a déclaré que celui-ci n'était pas au courant du handicap de Kovaleski. Le journaliste n'en croit rien. De 1987 à 1993, il a couvert une des périodes les plus difficiles de la carrière de l'homme d'affaires pour le Daily News, un quotidien de New York.

«Ce qui est triste, c'est que cela ne me surprend pas que Donald Trump fasse quelque chose d'aussi bas», a déclaré Kovaleski.