L'Azerbaïdjan, qui a récemment critiqué le rôle de Washington dans son conflit avec l'Arménie autour du Haut-Karabakh, a annulé des manoeuvres militaires conjointes avec les États-Unis, a-t-on appris lundi de source officielle.

AGENCE FRANCE-PRESSE

L'Azerbaïdjan, qui a récemment critiqué le rôle de Washington dans son conflit avec l'Arménie autour du Haut-Karabakh, a annulé des manoeuvres militaires conjointes avec les États-Unis, a-t-on appris lundi de source officielle.

«Les manoeuvres ont été annulées», a déclaré à la télévision le porte-parole du ministère de la défense, Eldar Sabiroglu, sans donner d'explication à cette annulation.

Un porte-parole de l'ambassade des États-Unis à Bakou a confirmé l'annulation, à l'initiative du gouvernement azerbaïdjanais, se refusant à tout commentaire.

Quelque 200 militaires américains devaient participer à ces manoeuvres, prévues en mai.

Ali Hassanov, un conseiller du président du azerbaïdjanais Ilham Aliev, avait récemment critiqué la position de Washington sur le Karabakh, estimant que «certaines institutions et parties aux États-Unis, sous l'influence du lobby arménien, perdent leur neutralité».

Début mars, M. Hassanov avait déjà critiqué le vote par une commission de la Chambre des représentants des États-Unis d'une résolution qualifiant de «génocide» les massacres d'Arméniens sous l'empire ottoman. L'Azerbaïdjan, turcophone, est un proche allié de la Turquie.

Une guerre à propos du Nagorny-Karabakh (ou Haut-Karabakh), territoire azerbaïdjanais peuplé majoritairement d'Arméniens, a fait 30 000 morts entre 1988 et 1994 et des centaines de milliers de réfugiés.

Les Arméniens ont alors pris le contrôle de l'enclave qui a ensuite proclamé son indépendance, non reconnue par la communauté internationale. Un cessez-le-feu a été signé en 1994, mais Bakou et Erevan n'arrivent pas à se mettre d'accord depuis sur le statut de la région.