Imaginez le chant des oiseaux, la fraîcheur de la rosée et les bruits de la ville qui s’éveille tranquillement. Ce matin, on brise la routine et on casse la croûte à l’extérieur. Qu’apporte-t-on dans son panier à pique-nique ? La Presse a posé la question à l’expert du brunch pour emporter dans la métropole, le chef Mathieu Groussard.

Publié le 7 juin
Véronique Larocque
Véronique Larocque La Presse

Au Québec, on adore le brunch. « Il y a six ans, quand je suis arrivé ici, ce qui m’a frappé, c’était de voir à quel point le brunch est une institution à Montréal et au Québec. C’est ancré dans vos gènes », affirme Mathieu Groussard.

Le chef originaire de Bordeaux, en France, a alors eu une idée : créer des boîtes à brunch. Des déjeuners prêts à déguster, livrés à domicile ou préparés pour emporter.

PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

Le chef Mathieu Groussard, propriétaire des Brunchs de Mathieu

« Au début, les gens se moquaient un peu de moi. “Une boîte à brunch ? C’est bizarre”, disaient-ils. “Des déjeuners et des œufs, en livraison, c’est possible ?” se demandaient-ils », raconte celui qui a été inspiré dès son plus jeune âge par son père, professeur de cuisine.

En l’entendant prononcer cette dernière question, on sourit. C’était justement l’un des mystères que l’on souhaitait élucider avec le propriétaire des Brunchs de Mathieu : comment faire pour que les œufs restent chauds et savoureux en pique-nique ? « Ça, malheureusement, je ne peux pas trop en parler, s’excuse-t-il. C’est des années de travail. […] J’ai fait beaucoup de recherche et développement. »

Bons chauds ou froids

On ne lui reprochera pas son silence cependant, car le pro du déjeuner s’empresse de proposer quelques options à inscrire au menu d’un brunch dans un parc.

La clé, selon lui, pour ne pas se compliquer la vie ? Choisir des mets qui se mangent aussi bien chauds que froids.

La tortilla de pommes de terre, ou tortilla espagnole, en est un exemple. « En gros, c’est comme une omelette, sauf qu’à l’intérieur, tu mets des patates un peu écrasées », explique le chef.

Les étapes sont plutôt simples : dans une poêle, faire revenir des pommes de terre avec des oignons, du sel et du poivre. Une fois que le mélange est « un peu compoté », on ajoute des œufs fouettés, puis on cuit des deux côtés. « Ça va faire une sorte de galette de patates très dure, très dense. Ça se mange super bien froid ou chaud », indique-t-il.

Pour aller au-delà des viennoiseries classiques, Mathieu Groussard propose de transformer les croissants en sandwichs, avec du jambon et du fromage gratiné, par exemple.

Des légumes rôtis dans l’huile d’olive avec un peu d’épices sont aussi une bonne option, selon lui, tout comme des brochettes de melon d’eau et de bacon (voir recette plus bas).

Vous préférez ne pas cuisiner et vous habitez à Montréal ? L’équipe des Brunchs de Mathieu a élaboré une boîte à savourer… au parc. Celle-ci comprend notamment un sandwich-déjeuner, des crêpes, des madeleines et du jus d’orange ou du thé glacé.

Des points de collecte sont même prévus dans certains parcs de Montréal, dont le parc La Fontaine. La livraison à domicile est aussi offerte dans un rayon d’environ 8 km des deux cuisines de l’entreprise situées dans le Plateau Mont-Royal et dans le quartier Saint-Henri.

Un café à découvrir

Si vous êtes de ceux qui ne peuvent pas commencer une journée sans un bon café, Mathieu Groussard a une suggestion pour vous : le café Dalgona. « Il est servi avec du lait de vache ou du lait de soja froid. Par-dessus, c’est une chantilly à base de café “instantané”, de sucre et d’eau froide. […] C’est très fort en goût », explique le chef qui souhaiterait ouvrir une troisième cuisine à Longueuil dans les prochaines années. « Les gens capotent là-dessus, poursuit-il. J’en vends plus que le café. »

Au fil du temps, le café Dalgona s’est même hissé au sommet des produits les plus populaires chez Les brunchs de Mathieu, aux côtés du plat signature : les œufs bénédictine. Un classique qui, à l’image de la cuisine proposée par Mathieu Groussard, marie bien les traditions américaine et européenne, fait remarquer le chef désormais « plus québécois que français ».

Consultez le site des Brunchs de Mathieu

Recette : brochettes de melon d’eau, bacon à l’érable et bocconcini

PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

Brochettes de melon d’eau, bacon à l’érable et bocconcini

Un mélange sucré-salé « simple et rapide à préparer », promet le propriétaire des Brunchs de Mathieu, le chef Mathieu Groussard.

Rendement : 5 brochettes

Ingrédients

  • 1 melon d’eau
  • 200 g de bocconcini (environ 20 billes)
  • 15 demi-tranches de bacon
  • Quelques feuilles de basilic
  • Sel et poivre
  • Huile
  • Huile d’olive
  • Épices à steak
  • Sirop d’érable

Préparation

  1. Couper des cubes de melon d’eau d’environ 5 cm de largeur puis les rouler dans les épices à steak.
  2. Griller légèrement les cubes de melon d’eau à la poêle avec un peu d’huile. Il est important de ne pas trop cuire le fruit afin qu’il reste assez ferme pour tenir sur la brochette.
  3. Griller le bacon à la poêle ou au four à 300 oF pendant 8 ou 9 minutes. Rouler les tranches de bacon autour du melon d’eau refroidi. Mettre un léger filet de sirop d’érable sur les morceaux.
  4. Mélanger vos billes de bocconcini dans l’huile d’olive avec un peu de basilic haché, du sel et du poivre. Laisser mariner pendant 10 minutes.
  5. Sur un pic à brochette, alterner entre melon d’eau et bille de bocconcini.