Nous avons demandé à cinq bartenders québécois de concevoir un cocktail du temps des Fêtes dont la base serait un alcool local. Cette semaine, Gilbert Lemieux, gérant du bar au restaurant H3 à Montréal, fait ressortir l’exotisme d’ingrédients pourtant bien locaux, dont le whisky de la Distillerie du St. Laurent et l’argousier.

Publié le 14 déc. 2021
Ève Dumas
Ève Dumas La Presse

Originaire de la Gaspésie, Gilbert Lemieux est né dans la restauration. À la majorité, il a travaillé dans un bar de sa région. Et après son cégep à Matane, le jeune homme s’est installé à Montréal et a étudié la cuisine italienne. « Mais je m’ennuyais des clients, dans les cuisines », se rappelle celui qui était fait pour la mixologie.

En 2010, il s’est fait embaucher en service au Toqué ! et a fini par trouver sa place derrière le bar. « À l’époque, les gens commandaient des classiques ou du vin. Moi, je voyageais à New York et je voyais ce qui se faisait là-bas. J’ai donc créé une première carte cocktails pour le Toqué ! À ma troisième année là-bas, il y a vraiment commencé à avoir de l’engouement. Et à la fin, une personne sur trois commandait un cocktail. »

PHOTO PASCAL RATTHÉ, COLLABORATION SPÉCIALE

Gilbert Lemieux

Gilbert a passé neuf ans au Toqué ! Il a quitté l’institution pendant la pandémie, celle-ci ayant été fermée pendant une vingtaine de mois. Le restaurant H3, dans le complexe Humaniti, lui a offert le poste de chef de bar.

Ici, comme chez son ancien employeur, l’accent est mis sur les ingrédients nordiques. « Mais j’ai aussi un Sidecar à la banane sur ma carte ! » Certes, on fait le plus local possible, dans le groupe Cogir Restaurants (qui comprend aussi Le Coureur des Bois, à Beloeil), mais ce n’est pas une contrainte absolue.

PHOTO PASCAL RATTHÉ, COLLABORATION SPÉCIALE

Le whisky 3 grains de la Distillerie du St. Laurent est vieilli en fût pendant trois ans.

Le bar du H3 est bien pourvu en alcools québécois. Gilbert apprécie ceux de la Distillerie du St. Laurent, à Rimouski, sur le chemin de son patelin natal. Le whisky est le spiritueux préféré de celui qui rêve d’un voyage en Écosse, sous peu. Il ne lève pas non plus le nez sur un bon bourbon américain ou sur un élégant alcool de grain vieilli japonais. « C’est mon poison ! », confie-t-il.

Aussi le bartender a-t-il choisi le whisky 3 grains de St. Laurent (75 % maïs, 15 % seigle, 10 % orge maltée) pour créer son cocktail aux parfums des îles, avec l’argousier dans le rôle du fruit de la passion. Les notes absolument incontestables de pain aux bananes, de vanille et d’écorce d’agrumes du whisky ajoutent une dimension pâtissière supplémentaire à cette belle rencontre Nord-Sud.

Consultez le site du restaurant H3

Recette : Le Tiki-Riki

Ingrédients

  • 1 1/4 oz de sirop d’argousier, romarin et camomille (voir recette ci-dessous)
  • 3/4 oz de jus de citron
  • 1 1/2 oz de whisky 3 Grains 3 Ans de la Distillerie du St. Laurent
  • 1 blanc d’œuf
  • Poivre des dunes

Préparation

  • 1. Placer tous les ingrédients, sauf le poivre des dunes, dans un shaker et agiter une première fois à sec, pour bien faire mousser le blanc d’œuf.
  • 2. Ajouter de la glace dans le shaker et agiter encore vigoureusement.
  • 3. Filtrer le mélange dans une coupette. Saupoudrer d’un peu de poivre des dunes moulu (ou râpé à la microplane) et décorer d’une branche de romarin.

Sirop d’argousier, romarin et camomille

PHOTO PASCAL RATTHÉ, COLLABORATION SPÉCIALE

Le Tiki-Riki

Ingrédients

  • 300 g d’argousier
  • 250 g de sucre
  • 200 g d’eau
  • 3 branches de romarin
  • 2 sachets de tisane de camomille

Préparation

1. Porter tous les ingrédients à ébullition et baisser le feu aussitôt. Cuire tranquillement pour faire éclater les fruits (environ 3 à 5 minutes). Retirer du feu et laisser infuser jusqu’à ce que le sirop soit à température pièce. Filtrer dans un bocal en verre et conserver au réfrigérateur.