C’est plus fort que moi. Quand c’est le temps des fraises, comme en ce moment, j’oublie tous mes bons principes et je les consomme sans modération ! Comme Obélix devant un sanglier, mes pupilles se transforment en spirales et je suis hypnotisée. Les autres fruits ? À mes yeux, ils n’existent plus ! Ne me parlez pas de bananes ou d’ananas, ça ne m’intéresse absolument pas. Il n’y a que les fraises dans mon répertoire.

Geneviève O'Gleman
Geneviève O'Gleman Collaboration spéciale

Déjeuner, dîner, souper… je n’en ai jamais assez ! Et un de mes grands plaisirs d’été, c’est de plonger quotidiennement dans ce que le kiosque maraîcher au bout de ma rue m’offre de plus beau. Je repars avec le « crate » de fraises et la première chose que je réalise… c’est qu’on est passé au travers.

Les fraises, je les ajoute partout ! Dans mon yogourt matinal, dans mes salades, dans mes boissons… Je récupère même les queues de fraises pour en faire une infusion antigaspillage. Tartes, gâteaux et confitures ont aussi droit à leur dose de fraises. Et ma bagatelle aux fraises, je vous préviens, est mémorable ! Avec sa crème fouettée parfumée à l’érable et ses morceaux de gâteau choco-café… vous allez en redemander !

Consultez la recette de salade de truite saumonée aux fraises et aux épinards
Consultez la recette d’eau fruitée aux fraises et au basilic Consultez la recette d’infusion de queues de fraises

Tout ne devrait pas être offert tout le temps

Le reste de l’année, je me fais un devoir de ne pas acheter de fraises importées. J’aime bien mieux m’en priver que d’être déçue par le goût des fraises de la Californie qui n’arrive pas à la cheville de nos belles fraises d’ici. Alors, j’attends. Et quand je vois les premières fraises du Québec apparaître au marché, j’en profite à fond, sans retenue. Je les ai tellement attendues et désirées que lorsqu’elles arrivent, je les apprécie encore plus.

PHOTO SYLVIE LI, FOURNIE PAR O’GLEMAN MÉDIA

Geneviève O'Gleman

L’alternance des récoltes, ça me permet de me synchroniser avec le rythme des saisons. De prendre conscience que tout ne devrait pas être offert tout le temps. De me connecter à la nature.

C’est une question de principe, de valeurs, mais pas que ça. C’est aussi purement égoïste. Les fraises du Québec « scorent » plus fort dans mon échelle du bonheur. Tout simplement.

On a cette chance au Québec que ce ne soit pas l’été à l’année. Certains s’en plaignent, mais moi, j’adore ces cycles qui me permettent de profiter de chaque moment. Les couleurs de l’automne, la neige de l’hiver, les fleurs du printemps et les fraises de l’été !

Et quand je frôle la surdose de fraises (oui, ça finit par arriver !), c’est là que je vois apparaître les premières framboises, puis les bleuets, le melon d’eau, les tomates, le maïs et les pommes. Et chacune son tour, chaque récolte me fait retomber amoureuse.

Geneviève O’Gleman est animatrice de l’émission Savourer sur ICI Télé et pilote le magazine web savourer.ca

Consultez le site de Savourer

Bagatelle choco-café aux fraises

PHOTO SYLVIE LI, FOURNIE PAR O’GLEMAN MÉDIA

Bagatelle choco-café aux fraises

Une bagatelle raffinée pour célébrer nos fraises d’été !

Préparation : 20 min
Cuisson : 20 min
Repos : 1 heure
Rendement : 8 portions

Ingrédients

180 ml (3/4 de tasse) de farine tout usage
60 ml (1/4 de tasse) de cacao
5 ml (1 c. à thé) de poudre à pâte
1 ml (1/4 de c. à thé) de bicarbonate de soude
1 ml (1/4 de c. à thé) de sel
125 ml (1/2 tasse) de café infusé (voir Notes)
70 ml (1/4 de tasse + 2 c. à thé), divisé, de sirop d’érable
60 ml (1/4 de tasse) d’huile végétale
5 ml (1 c. à thé) d’extrait de vanille
5 ml (1 c. à thé) de vinaigre blanc
1 L (4 tasses) de fraises fraîches
125 ml (1/2 tasse) de crème à fouetter 35 %

Préparation

1. Préchauffer le four à 180 °C (350 °F). Placer la grille au centre du four. Huiler un moule à pain et le tapisser de papier parchemin légèrement plus long que le moule pour faciliter le démoulage.

2. Dans un bol moyen, à l’aide d’une fourchette, mélanger la farine, le cacao, la poudre à pâte, le bicarbonate de soude et le sel.

3. Ajouter le café, 60 ml (1/4 de tasse) de sirop d’érable, l’huile, la vanille et le vinaigre. Mélanger jusqu’à ce que la préparation soit homogène, en évitant de trop mélanger.

4. Verser dans le moule et cuire au four 20 minutes ou jusqu’à ce qu’un cure-dent inséré au centre du gâteau en ressorte propre.

5. Laisser tiédir au moins 1 heure.

6. Couper les fraises en deux ou en quatre selon leur taille.

7. Verser la crème et le reste du sirop d’érable (10 ml ou 2 c. à thé) dans un pot Mason de 500 ml (2 tasses). Fermer le couvercle et secouer vigoureusement jusqu’à ce que la crème épaississe et ait la consistance d’une crème fouettée.

8. Démouler le gâteau, couper en cubes et déposer dans une grande assiette de service.

9. Répartir 750 ml (3 tasses) de fraises sur le gâteau et ajouter la crème fouettée en cuillerées.

10. Garnir avec le reste des fraises et servir.

Cette recette est meilleure assemblée à la dernière minute, mais le gâteau se conserve 1 semaine au réfrigérateur ou 3 mois au congélateur.

Notes : Le goût du café est très subtil dans cette recette. Il sert surtout à rehausser les saveurs du chocolat. Pas fan de café ? N’hésitez pas à le remplacer par de l’eau, tout simplement.
Le gâteau choco-café se prépare sans œufs ni produits laitiers, idéal en cas d’allergie. Pour une bagatelle sans produits laitiers, remplacez la crème fouettée par un yogourt végétal à la vanille ou par une meringue à l’aquafaba non cuite.

Consultez la recette de meringues croquantes à l’aquafaba

Valeur nutritive

Calories : 223
Protéines : 3 g
Lipides : 13 g
Glucides : 25 g
Fibres : 3 g
Sodium : 147 mg