Près d'un an après que plus d'un millier de protestataires eurent été arrêtés et détenus au coeur du chaos du G20 dans le centre-ville de Toronto, l'une des premières personnes à avoir été arrêtées, et la dernière encore derrière les barreaux, a finalement pu goûter à la liberté mercredi.

Mis à jour le 18 mai 2011
LA PRESSE CANADIENNE

Byron Sonne, un expert en sécurité torontois âgé de 38 ans qui avait été accusé de possession de substances explosives dans les jours précédant le sommet en juin dernier, a été relâché en échange d'une caution de 250 000$, après avoir passé 11 mois en prison.

Sur les plus de 1000 arrestations effectuées lors du G20, seule une poignée d'accusations sont toujours en vigueur. Bon nombre de personnes arrêtées n'ont jamais été accusées, et des centaines d'accusations ont été abandonnées au cours des mois suivants. M. Sonne est la dernière personne à être libérée sous caution.

L'avocat de M. Sonne affirme que son client a hâte de laver sa réputation lors de son procès, prévu en novembre, et ainsi pouvoir retrouver sa vie d'avant. Selon Me Joseph DiLuca, Byron Sonne a grandement souffert en prison, tant au niveau personnel qu'émotif.

L'homme a été arrêté le 22 juin, quelques jours avant que les leaders du G20 n'arrivent à Toronto pour le sommet, qui a été marqué par des arrestations massives et des dommages importants causés aux commerces et aux véhicules dans le coeur du centre-ville.