«Ce n'est pas économiquement viable d'acheter plus d'hybrides», résume Ron Drolet, vice-président de BC Transit. Les essais comparatifs entre les prototypes hybrides et de nouveaux autobus diesel de marque Nova (un fabricant de Saint-Eustache) a démontré que ces derniers consommaient entre 1 et 8% plus de carburant que les hybrides, selon le contexte. À 500 000$, ils coûtent cependant 300 000$ moins cher. Même sur 20 ans, l'investissement n'est pas rentable.

Alain Mc Kenna COLLABORATION SPéCIALE

«Ce n'est pas économiquement viable d'acheter plus d'hybrides», résume Ron Drolet, vice-président de BC Transit. Les essais comparatifs entre les prototypes hybrides et de nouveaux autobus diesel de marque Nova (un fabricant de Saint-Eustache) a démontré que ces derniers consommaient entre 1 et 8% plus de carburant que les hybrides, selon le contexte. À 500 000$, ils coûtent cependant 300 000$ moins cher. Même sur 20 ans, l'investissement n'est pas rentable.

«Quand la prime sur le prix d'achat aura disparu, nous croyons que les hybrides deviendront la norme, mais ce ne sera pas avant cinq ans encore», conclut M. Drolet, qui préfère acheter des autobus de Nova et concentrer ses efforts sur l'hydrogène.