(Le Castellet) Lewis Hamilton a remporté dimanche le Grand Prix de France de F1 devant son coéquipier Valtteri Bottas, les Mercedes confirmant leur domination totale sur le championnat du monde dont elles ont remporté toutes les épreuves depuis le début de la saison.

Jean-Louis Doublet
Agence France-Presse

Il s’agit de la 79e victoire d’Hamilton depuis le début de sa carrière et la 6e cette saison, contre deux à Bottas, les Mercedes signant leur 6e doublé. Elle lui permet d’augmenter son avance sur son coéquipier au classement du championnat du monde.

Les deux pilotes Mercedes ont devancé Charles Leclerc (Ferrari) et Max Verstappen (Red Bull), les quatre premiers sur la grille de départ terminant donc dans cet ordre à l’arrivée.

PHOTO GERARD JULIEN, AGENCE FRANCE-PRESSE

Valtteri Bottas, Lewis Hamilton et Charles Leclerc.

Hamilton a mené la course de bout en bout après avoir contenu facilement les tentatives de Bottas de le dépasser au départ. Il s’est cependant plaint après l’arrivée de « bulles » sur ses pneus, du temps chaud et d’une piste bosselée, non sans constater qu’il connaissait « le meilleur début de saison et de championnat » alors qu’il reste encore 13 courses à disputer.  

« Si vous écrivez un article en disant que c’était ennuyeux, ne montrez pas du doigt les pilotes », a-t-il plaidé après la course, conscient de l’impact de sa domination, et de celle de son écurie, sur l’intérêt du championnat.

« Lewis n’est pas imbattable » s’est borné à espérer Valtteri Bottas à l’issue de la course. Le pilote finlandais, qui court après une première couronne mondiale, a réussi à s’accrocher à son quintuple champion du monde de coéquipier dans les premières épreuves de la saison, mais marque dorénavant clairement le pas.  

« Mercedes trop rapide »

Charles Leclerc est aussi arrivé à menacer Bottas en difficulté avec ses pneus dans les derniers tours de la course, mais sans parvenir à le dépasser.

« Je suis heureux d’être sur le podium », a souligné le pilote monégasque. « C’était très serré pour la deuxième place, mais les Mercedes étaient juste trop rapides », a-t-il ajouté.

Hamilton s’est même permis de battre le record du tour à plusieurs reprises pendant la course, mais c’est toutefois Sebastian Vettel (Ferrari), arrivé 5e, qui est parvenu à tourner le plus vite en fin de course grâce à un arrêt au stand pour chausser des pneus neufs. Il empoche ainsi le point supplémentaire accordé depuis cette saison à l’homme le plus rapide en piste.

Une lutte animée s’est livrée en fin de course entre Daniel Ricciardo (Renault), Lando Norris (McLaren), Kimi Räikkönen (Alfa Romeo) et Nico Hülkenberg (Renault) pour la 7e place.

Si elle s’est terminée sur la piste à l’avantage du pilote australien, celui-ci a écopé après la course de deux pénalités de 5 secondes qui l’ont fait tomber à la 11e place et hors des points.

C’est l’autre pilote McLaren, Carlos Sainz Jr, qui a terminé 6e confirmant le retour en forme des monoplaces de l’écurie britannique, propulsées par un moteur Renault.

Le Montréalais Lance Stroll a fini 13e, lui qui partait 17e, avec sa Racing Point. Son coéquipier Sergio Perez a fini 12e.

« Le résultat aurait pu être meilleur, a dit Stroll. Lors des deux ou trois derniers tours sur les pneus durs, je perdais beaucoup de temps. J’aurais aimé aller aux puits un peu plus rapidement (et passer aux pneus médiums).

Il y avait une occasion d’attaquer Perez et Pierre Gasly, mais ç’a quand même été un bon effort de l’équipe, une bonne course. »

Le Français Gasly (Red Bull Honda) a terminé 11e sur la piste mais 10eau classement final après le déclassement de Ricciardo, empochant donc un point. Son compatriote Romain Grosjean (Haas) a dû abandonner après une course anonyme.

La deuxième édition du GP de France depuis le retour l’an dernier de cette épreuve au calendrier du championnat du monde de F1 s’est déroulée devant un public relativement nombreux (135 000 personnes) quoique moins dense que l’an passé (160 000). La précédente édition avait été marquée par d’importants embouteillages, pendant les trois jours du Grand Prix, qui ne se sont pas reproduits cette année.

– Avec Associated Press

Classement général du Grand Prix de France

1. Lewis Hamilton (GBR/Mercedes) les 309 690 km en 1 heure 24 minutes 31,198 secondes 2. Valtteri Bottas (FIN/Mercedes) à 18,056 3. Charles Leclerc (MON/Ferrari) à 18,985 4. Max Verstappen (NED/Red Bull-Honda) à 34,905 5. Sebastian Vettel (GER/Ferrari) à 1:02,796 6. Carlos Sainz Jr (ESP/McLaren-Renault) à 1:35,462 7. Kimi Räikkönen (FIN/Alfa Romeo Racing-Ferrari) à 1 tour 8. Nico Hülkenberg (GER/Renault) à 1 tour 9. Lando Norris (GBR/McLaren-Renault) à 1 tour 10. Pierre Gasly (FRA/Red Bull-Honda) à 1 tour 11. Daniel Ricciardo (AUS/Renault) à 1 tour 12. Sergio Pérez (MEX/Racing Point-Mercedes) à 1 tour 13. Lance Stroll (CAN/Racing Point-Mercedes) à 1 tour 14. Daniil Kvyat (RUS/Toro Rosso-Honda) à 1 tour 15. Alexander Albon (THA/Toro Rosso-Honda) à 1 tour 16. Antonio Giovinazzi (ITA/Alfa Romeo Racing-Ferrari) à 1 tour 17. Kevin Magnussen (DEN/Haas-Ferrari) à 1 tour 18. Robert Kubica (POL/Williams-Mercedes) à 2 tours 19. George Russell (GBR/Williams-Mercedes) à 2 tours

Meilleur tour en course : Sebastian Vettel (GER/Ferrari) 1:32,740 au 53e tour (moyenne : 210,084 km/h)

Abandon : Romain Grosjean (FRA/Haas-Ferrari), problème mécanique au 45e tour

Classement des pilotes

1. Lewis Hamilton (GBR) 187 pts 2. Valtteri Bottas (FIN) 151 3. Sebastian Vettel (GER) 111 4. Max Verstappen (NED) 100 5. Charles Leclerc (MON) 87 6. Pierre Gasly (FRA) 37 7. Carlos Sainz Jr (ESP) 26 8. Kimi Räikkönen (FIN) 19 9. Daniel Ricciardo (AUS) 16 10. Nico Hülkenberg (GER) 16 11. Kevin Magnussen (DEN) 14 12. Lando Norris (GBR) 14 13. Sergio Pérez (MEX) 13 14. Daniil Kvyat (RUS) 10 15. Alexander Albon (THA) 7 16. Lance Stroll (CAN) 6 17. Romain Grosjean (FRA) 2

Classement des constructeurs

1. Mercedes 338 pts 2. Ferrari 198 3. Red Bull-Honda 136 4. McLaren-Renault 39 5. Renault 36 6. Racing Point-Mercedes 19 7. Alfa Romeo Racing-Ferrari 17 8. Toro Rosso-Honda 17 9. Haas-Ferrari 16