Gesaffelstein est sans contredit un as de la lignée technoïde. As pour sa réserve de rythmes carrés et virilement binaires qu'il assène comme des coups de fouet dans l'espace.

Publié le 17 nov. 2013
ALAIN BRUNET LA PRESSE

As pour sa capacité à évoquer le crépitement de la matière enflammée qui se consume. As pour cette austérité qui peut faire planer. As scénariste des sons, Mike Levy (de son vrai nom) sait aussi reprendre les procédés harmoniques et lignes mélodiques typiques des thrillers psychologiques du fantastique ou de la science-fiction. Il sait donc raconter une histoire, en gérer la tension, en créer les montées dramatiques.

Musiques instrumentales, voix humaines et bruits repêchés dans son labo subissent les transformations nécessaires à l'aménagement d'un espace dont on a peine à s'échapper. Il n'y a pas lieu de s'étonner que Gesaffelstein ait collaboré au récent Yeezus de Kanye West, ni qu'il ait remixé Lana Del Rey et Depeche Mode.

À écouter: Obsession Fade in 1: 19

TECHNO

Gesaffelstein

Aleph

Savoir faire / Parlophone

****