C’est en partie à Montréal que Yelle, la reine de l’électro-pop français, a enregistré son quatrième album, L’ère du Verseau. Elle a traversé l’Atlantique pour travailler avec le beatmaker Billboard (de son vrai nom Mathieu Jomphe-Lépine, qui a collaboré avec Madonna, Dua Lipa, Robyn et Ariana Grande).

Émilie Côté Émilie Côté
La Presse

Yelle n’a aussi pu se passer de deux frères d’armes, son mari — et complice musical — GrandMarnier (Jean-François Perrier) et Tepr (Tanguy Destable).

On ne connaît rien à l’astrologie, mais Yelle se montre sous un jour mélancolique sur L’ère du Verseau. C’était manifeste sur le premier extrait sorti au printemps dernier, Je t’aime encore. Cela s’entend aussi dans ses musiques électros minimalistes, peut-être moins frivoles que sur ses albums précédents.

Chose certaine, Yelle demeure maître dans l’art d’utiliser les mots à la fois pour leur propos et leur musicalité. Est-ce que toi/T’as la chance/D’être toi/Quand tu danses, chante-t-elle sur la pièce d’ouverture Émancipence.

Extrait de J’veux un chien

0:00
 
0:00
 

On hésite à citer des paroles de J’veux un chien, où Yelle réclame haut et fort une relation sans lendemain, même si cela va lui faire mal. Il faut dire que Yelle n’a jamais été gênée de parler de sexualité dans ses chansons (souvenons-nous de Nuit de baise).

Sur le rythme effréné de Karaté, elle s’amuse plutôt avec les sonorités des mots. Comment t’es sur le tatami quand t’es pas caché, quand t’as pas d’amis/Ton kimono est un pyjama, chante-t-elle de façon saccadée. Il s’agit de l’une des rares chansons de l’album destinées au plancher de danse. Yelle s’est pourtant fait connaître bien au-delà de la France avec des tubes comme Je veux te voir et Safari Disco Club.

Il est justement question de succès et de tournée internationale sur Mon beau chagrin, l’une des plus grandes réussites de l’album, où Yelle parle plus qu’elle ne chante.

IMAGE FOURNIE PAR LA MAISON DE DISQUE

Pochette de l’album L’ère du Verseau

Avec L’ère du Verseau, Yelle est davantage dans la continuité de ses albums précédents que dans la rupture.

Or, elle tire toujours aussi bien les ficelles du jeu de la pop.

Sa pop à elle de surcroît.

★★★½

ÉLECTRO. Yelle. L’ère du Verseau. Recreation Center.