Un évènement bien spécial vient s'ajouter à la programmation de Zoofest. Philippe Couillard répondra en effet aux questions de Marie-Lyne Joncas mardi soir au Studio Hydro-Québec du Monument-National dans le cadre de Joncas reçoit le premier ministre. L'humoriste issue du duo Les grandes crues promet d'interroger le chef du parti libéral sur tout, sauf... sur la politique!

Stéphanie Vallet LA PRESSE

Quand Marie-Lyne Joncas a confié à Patrick Rozon son désir de mener des entrevues dans le cadre du Zoofest cette année, elle était loin de s'imaginer que sa première expérience serait de confesser le premier ministre du Québec.

«Patrick m'a rappelée avec cette idée un peu folle de faire une entrevue avec Philippe Couillard», se souvient Marie-Lyne Joncas, véritable néophyte en matière de politique.

«Je vais aller voir l'homme derrière le politicien. On veut parler à Philippe Couillard le père, le mari, le frère, l'ancien neurologue. Mon mandat, c'est aussi d'avoir du fun, de parler de ses goûts musicaux, de son passé en médecine, etc.», explique l'humoriste qui compte se servir de son manque de culture politique pour soutirer le plus de confidences possible à son interlocuteur.

«Je ne veux pas en savoir trop pour ne pas saisir les perches qu'il pourrait me tendre en tant que politicien et stopper le plus possible la cassette politique. En connaître le moins possible, le mieux c'est!»

Cette dernière a pu compter sur l'aide de son auteur et complice des dernières années, Antoine Desjardins, pour se préparer à l'exercice. «Il est calé en politique, son père travaille au Devoir ! Il connaît pas mal tout ce que je ne connais pas. Il m'a beaucoup aidée et parlé de qui est Philippe Couillard dans la vie. On a aussi beaucoup parlé à son directeur des relations médias, Charles Robert», précise l'humoriste.

Bien connue pour son franc-parler, Marie-Lyne Joncas devra tout de même composer avec un certain protocole lors de cette rencontre, et ainsi vouvoyer le premier ministre.

«M. Couillard me vouvoie! C'est quelque chose de très important. Son directeur des relations médias ne le tutoie pas alors qu'il travaille étroitement avec lui depuis un bon moment. Pas parce que M. Couillard le demande, mais parce que c'est comme ça que ça fonctionne», précise Marie-Lyne Joncas. «On ne lui a pas montré les questions, mais on a dû consulter son chef de cabinet pour éviter un malaise sur scène. Mais M. Couillard voulait pouvoir rester spontané», ajoute-t-elle.

Une première rencontre avec Philippe Couillard a déjà eu lieu il y a quelques semaines afin de tourner une capsule vidéo de promotion de l'évènement. L'humoriste y a découvert un politicien excité à l'idée de se soumettre à l'exercice.

«Il est super ouvert à montrer cette facette-là de lui-même. Pour lui, c'est le fun que ça se fasse avec une humoriste de la relève qui a la réputation de ne pas avoir la langue dans sa poche et d'être un peu sans filtre», observe l'humoriste des Grandes Crues, qui ne compte pas se censurer lors de sa rencontre qui devrait durer une heure.

«J'ai le goût de rester moi-même, mais je ne suis pas là pour le mettre mal à l'aise. Il est très droit, pragmatique et rationnel. Je suis fofolle et je me mets le pied dans la bouche facilement. Disons que ça devrait être assez drôle!», conclut-elle.

_____________________________________________________________________________

Joncas reçoit le premier ministre, mardi à 19h au studio Hydro-Québec du Monument-National.