Irrévérencieux, vulgaire, décapant, indécent. Qui de mieux placé que Mike Ward pour prendre en main un gala consacré à l'obsession des Québécois pour la sexualité? L'humoriste a accepté de relever le défi et d'être perçu pour la dernière fois dans sa carrière comme l'humoriste le plus porté sur la chose, avant de tourner la page avec un nouveau spectacle, dans un tout autre ton.

Stéphanie Vallet LA PRESSE

«Les gens m'associent au cul. Pourtant, dans mon dernier spectacle, j'en parle moins que 80% des humoristes! Alors quand Juste pour rire m'a proposé d'animer ce gala, je me suis dit que ce serait plate qu'on m'associe encore une fois à ça. Mais je vais avoir 40 ans, c'est sûrement la dernière fois que je vais pouvoir faire un spectacle sur le sexe. Après ça, on tourne la page, pis on n'en parle plus!», lance Mike Ward d'entrée de jeu.

En couple depuis plus de 14 ans avec la même femme, l'humoriste se considère sexuellement comme un gars assez straight. «On n'est pas échangistes et on est très fidèles. Je n'ai pas de vagin en latex ou d'objets fétichistes à la maison, et je n'arrive pas à comprendre ce qu'une poupée gonflable peut avoir de sexuel, dit Mike Ward. Ce que j'aime le plus chez ma blonde, c'est son sens de l'humour et, bien sûr, ses seins!»

Déterminé à apporter un côté classe à son gala tout en parlant de sexualité au sens le plus large du terme, Mike Ward a fait appel à Daniel Fortin (Mike Ward s'eXpose) pour la mise en scène.

Mike Ward et ses invités feront leur entrée sur scène par l'ouverture d'une sacoche géante. Il tient à ce que l'ensemble des numéros de son gala ne soit pas une succession de sketchs et d'anecdotes sexuelles vulgaires. Il souhaite aborder des thèmes comme la sexualité des personnes âgées et l'hypersexualisation des jeunes. Ainsi, Martin Perizzolo fera un numéro sur les difficultés érectiles, les Chick'n Swell parleront des différentes façons de faire l'amour et Jean-François Mercier abordera son aventure avec une danseuse érotique. Le Français Kheiron, Sèxe Illégal, Korine Côté, Martin Petit et Jeremy Demay seront aussi sur scène.

Tourner la page

«Je veux tourner la page après ce gala. Mon humour est très enragé, mais on dirait que plus ça va, plus je suis zen dans la vie. Je pense que j'évacue toute ma rage sur scène. J'ai toujours dit que l'humour était comme une thérapie pour moi, et dans mon prochain spectacle, c'est exactement ce que ce sera», explique Mike Ward.

L'humoriste a déjà rodé 35 minutes de son prochain spectacle et écrit une demi-heure de nouveau matériel.

«J'écris un peu à l'américaine: je monte sur scène avec une idée de base et j'improvise par peur de me planter devant le public. Si ça fonctionne, je l'écris! Ça fait du matériel plus naturel», précise-t-il.

Le nouveau spectacle sera présenté début 2015 à Montréal et s'intitulera Rancunier. «J'étais extrêmement complexé et parano; je sais que sans la scène, j'aurais eu besoin de beaucoup de thérapie. Ça va s'appeler Rancunier, car c'est mon plus grand défaut. J'avais envie de parler de personnes qui m'ont fait chier», dit-il.

Mike Ward animera également, le mardi suivant, Le Bilingual Show, dans lequel on retrouvera les Québécois Joey Elias, Sébastien Bourgault et Jean-Thomas Jobin.

«Je vais dire aux anglos de se forcer à jouer en français. Eddie Izzard doit faire une apparition à mon gala. Je l'avais vu à New York au Madison Square Garden alors qu'il faisait son rappel en français. Les Américains sont fascinés par le fait qu'un Britannique fasse des numéros dans la langue de Molière», indique Mike Ward.