(Paris) David Hallyday, fils du chanteur Johnny Hallyday mort en 2017, renonce à la succession de son père, a indiqué vendredi son avocat, alors que l’héritage de la star était au cœur d’une longue bataille entre sa veuve et ses aînés Laura Smet et David Hallyday.

Agence France-Presse

David Hallyday « a renoncé à la succession de son père » et « nous nous désistons de toute instance judiciaire », a affirmé Me Pierre-Jean Douvier, confirmant une information parue dans le quotidien Le Figaro.  

« David ne reçoit rien, que ce soit patrimonialement ou financièrement et il ne demande rien. Il n’a pas reçu d’objets symboliques », précise l’avocat.

« Désormais la page est tournée et David regarde l’avenir avec le retour de la sérénité », poursuit-il.

Mi-juillet, Laeticia Hallyday, veuve du chanteur, affirmait dans Paris Match que l’héritage de la rock star était « du patrimoine, peu de trésorerie et beaucoup de dettes ».

L’avocat de Laeticia Hallyday a annoncé le 3 juillet la conclusion d’un « accord définitif » entre la veuve de Johnny et Laura Smet, fille de Johnny, qui avait la première saisi la justice pour contester le testament de son père rédigé aux États-Unis.

Cet accord, dont les détails n’avaient pas été dévoilés, a mis fin à plus de deux ans de procédure devant les tribunaux.