La Société de développement commercial Montréal centre-ville, épaulée par la Ville de Montréal et le gouvernement du Québec, a annoncé, lundi, la création d’une galerie d’art en plein air, qui fonctionnera 24 h sur 24. Conçue par la firme Futil du designer et artiste Alexandre Berthiaume, OXY, galerie consacrée aux arts numériques, ouvrira rue Sainte-Catherine, en face du Centre Eaton, au début de l’automne.

Publié le 6 juin
Éric Clément
Éric Clément La Presse

La galerie OXY sera aménagée dans l’espace occupé jusqu’au 31 octobre dernier par plusieurs commerces, dont le club de strip-teaseuses Super Sexe, ravagés à l’automne par un incendie. Les propriétaires des terrains se sont entendus avec la Ville pour permettre au projet d’arts visuels de voir le jour dans cette portion fort fréquentée de la rue Sainte-Catherine.

Le concepteur du projet, Alexandre Berthiaume, avait auparavant conçu l’installation artistique Galerie Blanc, galerie à ciel ouvert qui a présenté des photographies dans le Village de 2017 à 2021. « La galerie OXY sera complètement différente, dit-il. Il n’y aura pas de photographies. Le fait d’avoir deux murs dans cet espace va permettre d’offrir des projections d’art numérique en grand format et de haute qualité. L’aménagement du lieu sera différent d’une exposition à une autre. »

PHOTO FOURNIE PAR ALEXANDRE BERTHIAUME

L’emplacement de la future galerie OXY

L’espace sera aménagé, hiver comme été, avec du mobilier urbain qui permettra d’exposer les œuvres et, aux visiteurs, de s’asseoir pour regarder les vidéos murales ou tout simplement relaxer, au milieu d’îlots de verdure avec une vue impressionnante sur Place Ville Marie. « OXY sera un endroit de détente, de réflexion et de contemplation, dit Alexandre Berthiaume. Les gens pourront s’y donner rendez-vous et regarder les œuvres vidéo qui seront projetées en boucle. »

Lieu d’oxygénation, OXY sera éclairée la nuit et aménagée de telle sorte que la sécurité y soit assurée. « Il n’y aura pas d’endroit où les gens pourront se cacher dans la galerie, dit Alexandre Berthiaume. De la même façon que cela fonctionnait avec Galerie Blanc. Et il n’y a jamais eu de problèmes. »

Photo ROBERT SKINNER, LA PRESSE

Alexandre Berthiaume, concepteur du projet

La galerie présentera une expo par année. La quarantaine d’artistes choisis pour la première mouture sera annoncée ultérieurement. « Il s’agira d’artistes qui innovent, travaillant avec des outils à la fine pointe de la technologie, dit M. Berthiaume, qui agira comme commissaire des expositions. Avec beaucoup d’imagerie numérique et de l’animation. Ce sera un bond dans le futur avec une expérience à vivre pour les visiteurs. Il pourrait, par exemple, y avoir de la réalité augmentée. Et des sculptures en lien avec le numérique. »

Dans le cadre d’OXY, Alexandre Berthiaume pourrait s’associer avec des organismes montréalais favorisant le développement de l’art numérique. Il est déjà en contact avec la galerie Ellephant, qui représente des artistes numériques. « Des associations, dans le futur, sont possibles, mais on essaiera d’être le plus autonome possible », ajoute-t-il.

  • Maquette de la future galerie d’art en plein air OXY, qui ouvrira rue Sainte-Catherine

    IMAGE FOURNIE PAR ALEXANDRE BERTHIAUME

    Maquette de la future galerie d’art en plein air OXY, qui ouvrira rue Sainte-Catherine

  • Maquette d’OXY

    photo fournie par Alexandre Berthiaume

    Maquette d’OXY

  • Maquette d’OXY

    IMAGE FOURNIE PAR ALEXANDRE BERTHIAUME

    Maquette d’OXY

  • Maquette d’OXY

    IMAGE FOURNIE PAR ALEXANDRE BERTHIAUME

    Maquette d’OXY

  • Maquette d’OXY

    IMAGE FOURNIE PAR ALEXANDRE BERTHIAUME

    Maquette d’OXY

  • Maquette d’OXY

    IMAGE FOURNIE PAR ALEXANDRE BERTHIAUME

    Maquette d’OXY

  • Maquette d’OXY la nuit

    IMAGE FOURNIE PAR ALEXANDRE BERTHIAUME

    Maquette d’OXY la nuit

1/7
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Au moins trois ans » ?

Alexandre Berthiaume a bien conscience que le lieu sera repris un jour par les propriétaires des terrains pour y reconstruire un bâtiment. La galerie OXY sera alors relocalisée, précise Glenn Castanheira, directeur général de Montréal centre-ville. « Mais cela prendra plusieurs années, au moins trois ans, avant qu’un nouveau projet immobilier se développe à cet endroit », ajoute-t-il.

Photo ROBERT SKINNER, LA PRESSE

Glenn Castanheira, directeur général de Montréal centre-ville

La création de la galerie OXY est une initiative prise dans le cadre de la relance du centre-ville, déserté durant une grande partie de la pandémie. Cette relance, orchestrée avec la création d’une « Alliance pour le centre-ville », est financée par le ministère de l’Économie et de l’Innovation du Québec, qui a accordé 3,5 millions, soit 700 000 $ pour OXY et le reste pour le déploiement d’installations lumineuses qui mettront en valeur le patrimoine architectural du quartier.

« Il y aura une illumination hivernale de places publiques telles que le square Victoria, le square Phillips ou la place du Canada, et la mise en valeur lumineuse des églises Christ Church et Saint-James, qui sont des éléments patrimoniaux de la portion de la rue Sainte-Catherine récemment rénovée », dit Glenn Castanheira.