À l’image du secteur industriel, le vaste monde des arts est de plus en plus secoué par l’épidémie du coronavirus (COVID-19) qui se traduit par plusieurs chamboulements dans le calendrier des événements.

André Duchesne André Duchesne
La Presse

Parmi les récentes nouvelles, la plus importante est sans doute l’annulation pure et simple du MIPTV de Cannes, qui devait avoir lieu du 30 mars au 2 avril. Ce grand marché mondial des professionnels de la télévision attendait quelque 9000 inscrits.

Parmi eux, la Montréalaise Sophie Ferron, présidente-fondatrice de Media Ranch, entreprise montréalaise spécialisée en création et distribution de formats télévisuels, originaux et déjà existants, à l’échelle de la planète. C’est cette société qui est derrière le retour de Surprise sur prise en France. Cette émission créée au Québec par Marcel Béliveau sera réintroduite lors d’une émission spéciale, pour en célébrer le 30e anniversaire, le 21 mars sur France 2.

« Nous voulions profiter du MIPTV pour annoncer le grand retour de Surprise sur prise et donner une suite au MIPCOM 2019 (autre grand salon de la télé et du divertissement qui a lieu à l’automne) où nous avons connu beaucoup de succès avec la vente de notre format Watch (émission combinant variété et jeu-questionnaire) dans dix territoires », dit-elle en entrevue.

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

Sophie Ferron, présidente-fondatrice de l'entreprise montréalaise Media Ranch.

Évidemment, ajoute Mme Ferron, les gens pourront se parler par vidéoconférences. Mais il n’y a rien de mieux comme des rencontres en personne pour parler de son produit et passer des accords. D’autant plus qu’il faut bien souvent mettre deux à trois ans d’efforts pour vendre un format à un client.

« Nous étions aussi un des rares diffuseurs à participer à des rencontres pré-MIPTV qui nous permettent de présenter notre catalogue de produits à un groupe restreint. Mais toutes ces rencontres ont aussi été annulées », remarque-t-elle.

Avant cela, Mme Ferron doit se rendre au festival South By Southwest (SXSW) tenu annuellement à Austin au Texas afin de participer à un panel. « Mais mes amis panélistes n’ont plus le droit de voyager, déplore-t-elle. Mon déplacement est déjà payé et je ne sais pas si je vais y aller. »

Grand rendez-vous annuel de la technologie, du cinéma et de la musique, le festival SXSW est pour l’instant maintenu. Le problème est que de plus en plus de grandes compagnies ont annoncé leur retrait. Netflix a été la plus récente à annoncer que ses employés ne s’y déplaceraient pas, après Amazon, Twitter, Facebook, TikTok et d’autres.

Avec le soutien de la SODEC, les festivals musicaux POP Montréal et M pour Montréal doivent aussi se rendre dans la capitale texane avec chacun six artistes ou groupes.

« Pour le moment, on ne va pas annuler, a indiqué Jeremy Spellanzon, directeur des relations publiques de POP Montréal. Il n’y a pas eu de mot d’ordre du festival pour annuler l’événement même si des partenaires ont annoncé leur retrait. »

Et Cannes ?

Plus tôt jeudi, le gouvernement français a par ailleurs annoncé qu’il prolongeait jusqu’au 31 mai 2020 l’interdiction des rassemblements de 5000 personnes ou plus. Cela a eu un impact pratiquement instantané sur le Marathon de Paris dont la tenue a été déplacée du 5 avril au 18 octobre.

Mais dans le monde du cinéma, la grande question était de savoir si la 73e édition du Festival de Cannes, qui doit avoir lieu du 12 au 23 mai, était en péril ? Mercredi, le délégué général de l’événement, Thierry Frémeaux, assurait que non. Le festival est « non concerné », disait ce dernier au magazine Le film français.

PHOTO JEAN-PAUL PELISSIER, ARCHIVES REUTERS

L'équipe du film Parasite sur le tapis rouge au Festival de Cannes en mai dernier.

Rien n’a changé à ce sujet au cours des dernières heures.

Le groupe Les Cowboys Fringants maintenait aussi le statu quo quant à sa tournée européenne qui s’amorcera le 19 mars à Nantes. La page Facebook du groupe affiche toujours le message mis en ligne le 1er mars, à savoir que la tournée est « pour l’heure maintenue ».

Rappelons enfin que mercredi, les producteurs et distributeurs du long métrage James Bond – No Time to Die ont annoncé que la sortie du film était repoussée d’avril à novembre, COVID-19 ayant eu raison de 007.