N’en déplaise à certains, la culture passe beaucoup par les ciné-parcs cet été. Les installations d’anciens drive-in ont repris vie pour des spectacles de toutes sortes. De nouveaux ciné-parcs ont même ouvert leurs portes en cet été à nul autre pareil. Tour d’horizon.

Émilie Côté Émilie Côté
La Presse

Quand le ciné-parc Belle Neige a ouvert l’an dernier dans les Laurentides, il était le premier drive-in à ouvrir en 30 ans au Québec. « Tout le monde nous traitait de fous. Cette année, tout le monde dit que nous étions visionnaires », lance son directeur général, Nicolas Vallières.

Avant la pandémie, il ne restait que cinq ciné-parcs en activité dans la province. Mais il serait faux de dire qu’ils étaient en voie de disparition. Au ciné-parc Orford, de nouveaux propriétaires ont pris possession des lieux l’an dernier. À Montréal, un ciné-parc a ouvert sur le site de Royalmount.

À pareille date l’an dernier, personne n’aurait pu prévoir qu’un nouveau coronavirus allait créer un engouement monstre pour les ciné-parcs en 2020.

« Nous sommes en avance sur nos chiffres de l’an dernier, qui était supposément la meilleure des 30 dernières années, indique Nicolas Vallières, dont le ciné-parc est situé à Val-Morin, dans les Laurentides. Cela va peut-être “sauver” notre saison de ski qui a fini abruptement. »

En effet, Nicolas Vallières est aussi le directeur général de la station de ski Belle Neige. C’est l’an dernier que l’entreprise a décidé d’aménager un ciné-parc. « Nous voulions rentabiliser nos activités 12 mois par année. C’est là que l’idée du ciné-parc est venue. »

Belle Neige a acheté l’équipement et les infrastructures du ciné-parc Templeton, à Gatineau, qui a fermé ses portes en 2019 après 45 ans d’activité. « Les écrans et les projecteurs comme la machine à glace et la machine à pop-corn », détaille Nicolas Vallières.

Avec deux écrans et les règles de distanciation physique, le ciné-parc Belle Neige peut accueillir environ 275 voitures. Il était pratiquement complet le week-end dernier pour le spectacle de Marc Dupré.

Exception faite des règles sanitaires, la vie a presque repris son cours normal au ciné-parc. À la fin de la soirée, il y a de la buée dans les vitres des voitures de jeunes amoureux. Il faut survolter la batterie de voiture de plusieurs clients.

« Après les spectacles de 2 Frères et de Marc Dupré, où les artistes demandaient aux gens de klaxonner et de flasher les lumières, il a fallu rebooster plus d’autos qu’à l’habitude. Presque 25 », raconte en riant Nicolas Vallières.

Une soirée au ciné-parc avec 2 Frères

  • Élodie, Cynthia, Élise et le chien Padawan préfèrent être à la belle étoile plutôt que d'écouter 2 Frères dans le confort de leur voiture.

    PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, ARCHIVES LA PRESSE

    Élodie, Cynthia, Élise et le chien Padawan préfèrent être à la belle étoile plutôt que d'écouter 2 Frères dans le confort de leur voiture.

  • 2Frères s'est produit à l'ancien ciné-parc de Châteauguay, à Mercier, le 23 juin, dans le cadre de la série de concerts Musiparc.

    PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, ARCHIVES LA PRESSE

    2Frères s'est produit à l'ancien ciné-parc de Châteauguay, à Mercier, le 23 juin, dans le cadre de la série de concerts Musiparc.

  • Des enfants patientent avant le concert de 2 Frères.

    PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, ARCHIVES LA PRESSE

    Des enfants patientent avant le concert de 2 Frères.

  • Plus d'une centaine de spectacles seront présentés devant un parterre de voitures dans le cadre de la tournée Musiparc.

    PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, ARCHIVES LA PRESSE

    Plus d'une centaine de spectacles seront présentés devant un parterre de voitures dans le cadre de la tournée Musiparc.

1/4
  •  
  •  
  •  
  •  

À quand des nouveautés ?

Le ciné-parc Saint-Eustache est le plus grand du Canada, avec ses cinq écrans. « Le troisième en importance en Amérique du Nord, indique le gérant Normand Mathers Jr. « Sans la COVID-19, on peut accueillir 3200 voitures. Il y en a eu 1860 à notre meilleure journée cet été. Imaginez quand nous allons pouvoir présenter des nouveautés. »

Depuis leur réouverture, les ciné-parcs présentent des longs métrages que les gens peuvent visionner dans le confort de leur foyer. On présente ce week-end au ciné-parc Saint-Eustache de « vieux » films américains et québécois, dont Dolittle, Deadpool, Star Wars : Le réveil de la force, Mafia inc. et 1987.

Il était question que Disney sorte le film Mulan le 24 juillet. Le drame naval Greyhound avec Tom Hanks est aussi attendu. « Les studios ne veulent pas sortir de nouveautés », explique Normand Mathers Jr.

Ce dernier se réjouit de présenter, les 21 et 22 juillet, le festival d’humour Ce soir on char. Deux galas seront animés en duo par Dominic Paquet et Philippe Bond. Il y aura des invités, dont Mariana Mazza, Maxim Martin et Messmer.

Consultez la programmation du festival

Le week-end dernier, le ciné-parc Saint-Eustache a aussi diffusé un spectacle de la vedette country Garth Brooks. « Nous avons aussi eu deux bals de finissants », indique M. Mathers Jr.

Présenter plus que des films

S’ils constituent les rares lieux culturels ouverts et propices à la distanciation physique, même les ciné-parcs se réinventent cet été. Et ils voient grand. Au ciné-parc Orford, les nouveaux copropriétaires comptent même installer un troisième écran.

En ce moment, on diffuse sur l’un des deux écrans la production de Moment Factory intitulée VROOM !, soit la projection de courts métrages accompagnés d’effets de fumée et de jeux de lumière.

Lire notre texte sur VROOM !

Un nouveau ciné-parc à Montréal

Avant la pandémie, était-il prévu de construire un ciné-parc sur le site de Royalmount, à Montréal ?

« Absolument pas », lance Adam Blutz, président de C3 Events, qui a conçu « la scène convertible » avec la boîte Total Events.

Le Théâtre ciné-parc Royalmount, doté d’une scène avec système son et lumière, a ouvert ses portes le 21 juin dernier. Ce week-end, on y diffuse notamment les films Dora et la cité d’or perdue et Scream 4. Les 24 et 25 juillet, Just For Laughs y présentera deux soirées d’humour en anglais animées par Adam Grove.

« On peut présenter toutes sortes de spectacles selon les besoins des producteurs », précise Adam Blutz. De nombreux évènements seront annoncés sous peu. Le téléphone sonne beaucoup. « Ça roule », constate-t-il.

Cet été, même d’anciens drive-in retrouvent un public. Produite par Gestev et Musicor Spectacles, la tournée TD Musiparc passe par les terrains de plusieurs anciens ciné-parcs, dont ceux de Bromont et Mercier.

Au total, c’est une série de plus de 100 spectacles qui seront présentés partout au Québec, notamment avec Marc Dupré, France D’Amour, 2 Frères, Bleu Jeans Bleu, Marc Hervieux, Kaïn et Kevin Parent.

FAUV : un festival itinérant

Pour sa part, le Festival au volant (FAUV) a commencé vendredi soir dans un stationnement de l’aéroport international Pierre-Elliott-Trudeau de Montréal avec une soirée d’humour animée par Les Grandes Crues. En fait, il y a eu un premier spectacle à 17 h 45 (gratuit pour 150 travailleurs de la santé) et un autre à 21 h.

Il y a quatre semaines, nous avons annoncé le festival sans avoir de lieu ni de programmation. C’est un festival au volant et c’est le cas de le dire. Nous sommes partis en fous.

Jean-Sébastien Boudreault

Si Jean-Sébastien Boudreault a longtemps été le vice-président de Fierté Montréal, il travaille maintenant dans le milieu sportif évènementiel. Il est vice-président aux affaires juridiques de Sportera, qui produit notamment la course à obstacles MUDGIRL.

Pourquoi avoir mis la charrue devant les bœufs en humour en pleine pandémie ? « L’idée était de réengager nos employés, de relancer un peu l’économie et de redonner une plateforme aux artistes », explique-t-il.

Après avoir sondé les propriétaires de plusieurs sites, les organisateurs de FAUV ont trouvé preneur du côté de la société Park Indigo, qui gère le stationnement de l’aéroport. Il a ensuite fallu négocier avec Aéroports de Montréal.

FAUV a presque déjà remporté son pari. Même que le Festival au volant a annoncé des supplémentaires en plus de ses deux week-ends de spectacles à Montréal (où le public pourra voir Eddy King, Neev, Christine Morency, Yannick de Martino, Mélanie Couture, Coco Belliveau et Arnaud Soly, pour ne nommer que ceux-ci).

Il y aura une escale à Drummondville les 24 et 25 juillet avec des soirées animées par Medhi Bousaidan et Les Denis Drolet. « FAUV part sur la route. Nous allons annoncer deux autres villes au Québec », affirme Jean-François Boudreault.

Sportera a fait un saut dans le domaine culturel et il entend y rester. « Nous sommes un nouveau joueur et vous voulons prendre de l’ampleur. Nous avons l’ambition de devenir le premier festival qui se déplace au Québec. »

Consultez le site du festival