(Paris) Avignon, Eurockéennes, Francofolies, et sans doute Cannes : la France se prépare à un été sans festivals, les annulations se multipliant mardi, après l’annonce d’Emmanuel Macron la veille interdisant les évènements avec un « public nombreux » jusqu’à mi-juillet en raison de la pandémie du coronavirus.

Agence France-Presse

Le plus prestigieux des festivals de cinéma, Cannes, n’a pas expressément été annulé, mais ses organisateurs ont annoncé mardi qu’ils seraient contraints d’envisager de nouvelles « formes » pour son édition 2020, sans donner plus de précisions.

« Il apparaît désormais difficile de penser que le Festival de Cannes puisse être organisé cette année sous sa forme initiale », soulignent les organisateurs de l’évènement qui attire chaque mois de mai 40 000 professionnels et 200 000 spectateurs dans cette ville du sud de la France.

« Nous espérons être en mesure de communiquer rapidement sur les formes que pourrait prendre ce Cannes-2020 », ont-ils ajouté.

Mardi après-midi, les organisateurs des FrancoFolies de La Rochelle, sur la côte Atlantique, ont annoncé annuler ce grand rendez-vous des musiques actuelles, prévu du 10 au 14 juillet, qui avait réuni 150 000 festivaliers l’an dernier.

Plus tôt dans la matinée, ce sont les Eurockéennes de Belfort, qui avaient renoncé.

« Les Eurockéennes n’auront pas lieu en 2020 », ont écrit, dans un communiqué, les organisateurs de cet autre festival de musique, prévu du 2 au 4 juillet, auquel quelque 128 000 personnes avaient assisté l’an dernier.

Le groupe écossais Simple Minds, les Britanniques de Massiva Attack ou encore le Français DJ Snake faisaient partie des têtes d’affiche.

Les grands festivals de ce type renoncent les uns après les autres.

Le Main Square à Arras dans le Nord (3-5 juillet, 115 000 spectateurs), ou encore les Nuits de Fourvière à Lyon (2-31 juillet, 190 000 spectateurs) ont aussi capitulé mardi.

D’autres n’avaient pas attendu l’intervention du chef de l’État lundi soir pour annuler, tel le Printemps de Bourges (200 000 spectateurs en 2019), qui devait se tenir fin avril, le Hellfest (fin juin, 180 000 spectateurs), le Lollapalooza (juillet, 95 000 spectateurs) et Solidays (juin, 228 000 spectateurs).

La musique n’est pas le seul art touché par les annulations : le festival d’Avignon, l’une des plus célèbres manifestations théâtrales au monde qui attire 700 000 visiteurs chaque mois de juillet n’aura lui non plus pas lieu en 2020.