Au début du mois, une adolescente de 14 ans écrivait une lettre ouverte dans le Toronto Star pour témoigner de la dépendance de ses parents au BlackBerry.

Émilie Côté
Émilie Côté LA PRESSE

Tai Notar y raconte qu'un jour, elle en a eu assez. Elle a dit à son père et sa mère qu'elle n'était plus capable de les voir consulter leur téléphone intelligent à table ou en vacances.

«Mon père a avoué que parfois, quand il est sur son BlackBerry, il n'est pas conscient de ce qui se passe autour de lui. Quand j'essaie d'avoir une conversation avec lui, il ne remarque même pas que je parle», écrit-elle.

Tai Notar a même eu un petit accident de la route avec son père, qui a heurté une voiture en pleine heure de pointe car il consultait ses courriels.

C'était la goutte qui a fait déborder le vase. L'adolescente de 14 ans a alors proposé à ses parents «crackberry» des règles et un contrat, qu'ils ont acceptés. Depuis, ils peuvent seulement consulter leur téléphone intelligent dans une pièce différente des autres membres de la famille. Sinon, c'est une punition de 1$. L'utiliser à table, c'est 2$.

«Les BlackBerry ont envahi le monde... du moins celui de mon père et de ma mère, mais mon contrat commence à porter ses fruits pour eux... et pour mon compte d'épargne», conclut Tai Notar.

 

Les symptômes de la cyberdépendance

Sentiment de bien-être quand on est en ligne

Pensées accaparées par les activités en ligne

La famille, les amis et les loisirs extérieurs passent en deuxième

Baisse de productivité à l'école ou au travail

Mensonges sur le temps passé en ligne

Réaction forte quand on est privé de l'internet

Aller sur l'internet à des heures irrégulières (durant la nuit, tard le soir ou tôt le matin)

Manque de sommeil et insomnie

Prise des repas irrégulière

Mauvaise hygiène personnelle

Des sites à consulter

www.cyberdependance.ca

www.webaverti.ca/french/internetaddiction.html

www.netaddiction.com