Il n'est pas rare qu'on se demande ce que peuvent signifier les étiquettes «24p» et «120Hz». Utiles ou inutiles? Simples arguments de vente et justification d'un prix plus élevé ou fonctions indispensables? Cela dépend de ce que vous recherchez.

Michel Truchon LE SOLEIL

Précisons tout de suite que le «24p» identifie une technologie commune aux deux catégories de panneaux, tandis que le «120Hz» est propre aux ACL, qui ont un affichage plus lent que les plasmas.

 

Un téléviseur, peu importe la sorte, affiche au départ 60 images par seconde. Ce qui est normal pour le signal régulier de télé, mais un peu problématique quand vient le temps de reproduire un film, explique Éric Deschênes, conseiller chez Stéréo Plus Bouvier.

L'enregistrement pour le cinéma est effectué en 24 images par seconde, projetées en suite progressive. Un format qui n'est pas respecté par le transfert sur disque, de sorte que la reproduction, sur le téléviseur qui donne 60 images par seconde en entrelacé ou 30 images par seconde en progressif, est parfois saccadée. Ceci malgré le recours à une technique appelée de 3:2 pulldown qui, sommairement, fait se chevaucher les images (trames), éliminant l'impression de saccade. L'effet peut cependant être bizarre : certaines scènes s'en trouvent raccourcies, dans les panoramiques notamment, la fluidité est affectée et la trame sonore risque d'en souffrir, la synchronisation étant différente.

Les processeurs 24p ralentissent l'affichage au niveau de celui du cinéma, permettant d'obtenir la reproduction de la version intégrale que l'on trouve sur les disques haute définition Blu-ray.

Les effets du 24p sont très évidents, notamment dans les scènes sombres où apparaissent des détails que l'on ne voit pas avec les lecteurs et les téléviseurs standards. Pour les constater, il faut que le téléviseur possède le processeur conséquent et que le lecteur Blu-ray ait la même capacité.

Si vous n'avez pas de lecteur Blu-ray et n'avez pas l'intention d'obtenir le maximum de la haute définition, le 24p est inutile.

En passant, il n'a d'effet que sur les disques. Les DVD, la télé conventionnelle et HD ne sont pas affectés. Inutile, donc, d'investir dans un appareil plus onéreux.

Par contre, si vous êtes le moindrement puriste, si vous désirez obtenir la meilleure qualité possible, à la hauteur de la chaîne de cinéma maison que vous vous êtes offerte et recherchez la vraie version cinématographique, le traitement 24p est pour vous.

Quelques exemples de téléviseurs récents utilisant la technologie 24p : le KDL 46 Z4100 de Sony (2200 $), le Panasonic Viera 46PZ800 (2499 $) et le Sharp Special Edition C46 SE94 (2299 $). Tous valent le coup d'oeil.

Le 120Hz

Un téléviseur affichant la mention «120Hz» est un panneau ACL possédant un circuit électronique qui double la fréquence d'affichage des images de 60Hz qui était le lot - et la faiblesse - de ce type d'écrans. C'est surtout dans les scènes aux mouvements rapides (le hockey en est une des plus belles illustrations) qu'on constatait les effets de rémanence. Celle-ci disparaît presque totalement quand on double la vitesse d'affichage, et l'image est plus nette moins de flou) et plus lumineuse. Le traitement est appliqué à toutes les sources.

La plupart des écrans ACL haut de gamme affichent 120Hz. Et on voit de plus en plus de nouveaux modèles utiliser aussi le traitement 24p.

Cette technologie commence également à apparaître dans les moniteurs d'ordinateurs, ouvrir la porte aux jeux en relief.

À lire aussi:

- Définir la haute définition

- Des terminaux pour regarder et enregistrer la télé HD

- Au tour d'internet de passer à la haute définition

- Des téléviseurs HD pour tous les goûts

- La télé HD jusque dans ses moindres détails