(Francfort) La chancelière Angela Merkel a inauguré mardi un premier ordinateur quantique installé en Allemagne par le géant informatique américain IBM au moment où l’Europe s’active pour faire progresser cette technologie prometteuse.

Agence France-Presse

La machine, un « Q System One » installé près de Stuttgart en coopération avec l’institut de recherche allemand Fraunhofer et opérationnel depuis début avril, est le premier ordinateur quantique du groupe IBM en dehors des États-Unis, où ses machines sont accessibles aux européens via le nuage (informatique dématérialisée).

« L’Allemagne fait partie des meilleurs en recherche sur les technologies quantiques et compte le rester », a affirmé Mme Merkel, qui rédigea durant ses études une thèse en chimie quantique.

La technologie quantique doit rendre possible l’utilisation d’ordinateurs hyperpuissants, ridiculisant les capacités des meilleurs supercalculateurs actuels, grâce à l’exploitation des propriétés physiques spectaculaires des particules infiniment petites.

La clé : au lieu des « bits » de l’informatique classique, qui peuvent prendre les valeurs 0 et 1, le monde quantique utilise des « Qubits ». Ceux-ci peuvent avoir plusieurs valeurs à la fois, permettant – en théorie – de réaliser des opérations mathématiques en parallèle.

« Cela va générer des machines qui ont des capacités de traitement un million de fois, ou plus, supérieures aux machines qu’on connaît aujourd’hui », explique à l’AFP Olivier Hess, responsable des activités quantiques chez IBM France.

Calcul d’itinéraires, développement de médicaments, déchiffrage : encore largement expérimental pour le moment, le quantique pourrait ainsi, un jour, permettre de résoudre en un temps record des problèmes trop complexes pour les calculateurs actuels et futurs.

Souveraineté

La France et l’Allemagne ambitionnent de se ranger parmi les leaders du domaine : Paris a annoncé en janvier un investissement de 1,8 milliard d’euros sur cinq ans et Berlin va injecter 2 milliards pour construire un ordinateur quantique d’ici 2025.

Pour l’instant, les États-Unis dominent cette technologie.

« Le reste du monde ne dort pas », a averti Mme Merkel, estimant que les ordinateurs quantiques « peuvent jouer un rôle dans la quête de souveraineté numérique et technologique ».

« L’Allemagne et l’Europe ne peuvent pas se permettre de rater cette opportunité », a lancé la ministre de la Recherche, Anja Karliczek.

Aujourd’hui l’ordinateur installé, doté d’une capacité de 27 Qubits, est moins puissant que les supercalculateurs utilisés au quotidien pour résoudre les équations les plus complexes.

Mais il suffit en théorie d’un Qubit supplémentaire pour doubler la puissance de calcul.

Au cours de la coopération de quatre ans entre IBM et Fraunhofer, financée par 40 millions d’euros d’argent public, l’ordinateur sera mis à jour et sa capacité améliorée, a précisé M. Hess. Des entreprises peuvent payer pour l’utiliser.

Il s’agit d’un « outil de test, pour apprendre à programmer » en quantique, résume à l’AFP le spécialiste du secteur Olivier Ezratty, qui voit aussi dans l’inauguration « une opération de communication ».

« Il faudra encore attendre, selon une estimation optimiste, entre dix et vingt ans jusqu’à l’utilisation pratique dans un contexte industriel » d’un ordinateur quantique, explique également Manfred Hauswirth, directeur chez Fraunhofer, cité sur le site internet de l’institut.

Objectif pour Fraunhofer : apprendre à se servir de l’outil pour tenter d’arriver à des cas de « suprématie quantique », quand l’ordinateur quantique sera plus performant pour certaines opérations qu’une machine classique.

Actuellement, il est encore « relativement rare qu’on puisse faire quelque chose sur une machine quantique qui est impossible » sur un ordinateur classique, selon M. Ezratty.