Audacieux hybride d’un téléphone et d’une mini-tablette, le Galaxy Fold de Samsung sera mis en vente au Canada le 26 avril prochain.

Karim Benessaieh
La Presse

Annoncé en février dernier à San Francisco sans qu’on ait pu l’essayer, ce « téléphone pliable » a fait l’objet de bien des rumeurs. Son prix astronomique de 1980 $US et, surtout, les risques de cette technologie permettant de plier un écran de téléphone ont fait sourciller plus d’un observateur.

Une demi-douzaine de journalistes montréalais ont finalement pu l’essayer hier, lors d’une rencontre organisée par Samsung. 

Premier constat : il s’agit de la nouveauté la plus intéressante depuis belle lurette dans l’industrie du téléphone intelligent.

Il est par ailleurs plutôt réducteur de présenter cet appareil comme un téléphone pliable : il s’agit en fait de deux appareils en un. Plié, on a en main un téléphone Android à double épaisseur, doté d’un écran de 4,6 po avec toutes les fonctions habituelles. Tout ce qui apparaît sur ce téléphone – applications, photos, vidéos – est transféré sur l’écran double qui se dévoile à l’intérieur quand on déplie cet ensemble.

200 versions testées

Bref, le téléphone se transforme instantanément en mini-tablette avec écran de 7,3 po de diagonale, idéal pour regarder des vidéos, afficher Google Maps, jouer à Fortnite ou… lire La Presse+.

Et le plus étonnant, c’est que ça fonctionne plutôt bien. On est loin en tout cas du gadget peu pratique que certains anticipaient.

Certaines applications ont de la difficulté à passer d’un écran simple à celui d’une tablette, mais les vidéos et les applications « natives », développées par Google et Samsung, font sans hic la transition. Utiliser un clavier sur un écran de 7,3 po est bien plus agréable que sur un téléphone normal. On a de plus configuré un nouveau mode pour l’écran intérieur qui permet d’afficher trois applications en même temps.

Pour assumer ses ambitions, le Fold est équipé d’un processeur ultrarapide à huit cœurs utilisant 12 Go de RAM, plus que l’ordinateur de bureau moyen. Il dispose de deux batteries totalisant 4380 mAh, un sommet, et de six caméras au total.

Le grand défi technologique, c’était de concevoir un mécanisme adapté à un écran pliable, explique-t-on chez Samsung. On a notamment expérimenté 200 versions du système d’engrenage qui permet d’ouvrir et de fermer l’appareil. Impossible de concevoir un verre assez souple pour supporter une torsion à 45 degrés ; l’écran intérieur est donc fabriqué dans un plastique appelé polyimide dont on a méticuleusement testé la résistance.

Un joujou coûteux

Évidemment, la nouveauté a son lot d’inconvénients. L’écran intérieur a un format de 4:3, paradoxalement celui de nos vieilles télés, alors que les vidéos les plus courantes sont en 16:9. Si l’écran pliable est un bel exploit technologique, on voit tout de même une ligne au centre.

On ne peut en outre assurer que l’écran en polyimide supportera quelques milliers de pliages dans des conditions variées. Plié, le Fold est deux fois plus épais qu’un téléphone normal, ce qui rappelle les vieux « flip-flops » d’il y a 20 ans.

Surtout, le prix de ce Fold devrait décourager bien des acheteurs. À plus de 2000 $CAN – le prix exact n’a pas été annoncé –, on comprend que Samsung ait choisi de n’offrir qu’un nombre limité de cet appareil.