(Londres) Le bitcoin chutait lourdement vendredi pour retrouver des niveaux plus vus depuis août, atteints par le manque d’appétit pour le risque d’investisseurs déçus par les résultats de géants de la technologie et refroidis par une Fed plus stricte.

Publié le 21 janvier
Agence France-Presse

La cryptomonnaie perdait 6 % à 38 860 dollars vers 11 h 05, après avoir atteint 37 723 dollars, un plus bas depuis plus de cinq mois. Depuis le début de l’année, la première cryptomonnaie recule de 16 % (-44 % depuis son plus haut historique atteint en novembre, à 68 992 dollars).

La baisse du bitcoin a commencé quand la plateforme de streaming Netflix a annoncé prévoir un brutal ralentissement de la croissance de son nombre d’abonnés, faisant chuter son cours de Bourse et entraînant les autres valeurs technologiques américaines dans son sillage.

« Le bitcoin dégringole avec le secteur technologique, une telle corrélation avec les Bourses pose la question de son utilité comme classe d’actif », se demande Neil Wilson, analyste chez Markets.com.

Et l’ensemble du marché des cryptomonnaies souffrait : selon le site Coingecko, qui en recense plus de 12 000, la taille du marché est désormais de 1926 milliards de dollars, ce qui signifie que sa valeur a théoriquement diminué de plus de 1000 milliards de dollars en moins de trois mois.

« Le secteur prend un grand coup aujourd’hui, et la majorité des 100 plus grandes cryptomonnaies baisse d’autour de 10 %, mais il est important de noter que l’ensemble des actifs à risque est en difficulté », souligne Walid Koudmani, analyste chez XTB.

Après une année 2020 où la cryptomonnaie a battu tous ses records et intéressé de plus en plus de grands noms de la finance, certains de ses adeptes défendaient l’idée que le bitcoin était une valeur anti-inflation, une forme d’or numérique.

Mais alors que les prix grimpent à travers le globe, la perspective d’une hausse des taux de la Réserve fédérale américaine (Fed) pousse les investisseurs à s’éloigner des actifs les plus risqués.

Par ailleurs, les régulateurs s’inquiètent de plus en plus de la place que les cryptomonnaies prennent dans l’économie. En Russie, la Banque centrale russe a proposé jeudi l’interdiction d’investissements et de paiements en cryptomonnaies.

« Cette annonce a eu peu d’effet sur les prix, car l’industrie des cryptomonnaies a montré qu’elle s’adaptait rapidement à des interdictions semblables », notamment en Chine en 2021, précise Craig Erlam, analyste chez Oanda.

Plus modéré, le régulateur du marché espagnol a fortement encadré les publicités pour les plateformes d’échanges, et des mesures similaires sont à l’étude ailleurs en Europe, notamment au Royaume-Uni et en Italie.