(Londres) Les cours du pétrole remontaient mardi sans effacer complètement leurs pertes marquées de la veille, quand les inquiétudes sur une propagation de la COVID-19 et le ralentissement des économies chinoises et américaines avaient pesé sur les prix.

Agence France-Presse

Vers 6 h 30, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en octobre valait 73,22 dollars à Londres, en hausse de 0,45 % par rapport à la clôture de la veille.

À New York, le baril américain de WTI pour le mois de septembre gagnait 0,45 % à 71,58 dollars.

La veille, le Brent avait perdu 4,5 % et le WTI 3,6 %.

Cette baisse s’explique par « la menace que le variant Delta fait peser sur l’économie et les performances décevantes des industries » aux États-Unis et en Chine, commente Tamas Varga, analyste chez PVM.

Les confinements pèsent lourdement sur les déplacements, et donc sur la demande de pétrole, dont les États-Unis sont le premier consommateur mondial.

Par ailleurs, la croissance du secteur manufacturier a ralenti aux États-Unis et en Chine en juillet, selon des indicateurs publiés lundi.

Pourtant, le marché repartait à la hausse mardi. « La baisse de la veille semble être une simple correction, sans commune mesure avec le “plongeon Delta” d’il y a quelques semaines », juge Jeffrey Halley, analyste chez Oanda.

« Le monde émerge plus lentement de la crise sanitaire que nous ne l’espérions au début de l’année », mais « ces ralentissements ne sont que temporaires », estime également M. Varga.